Sonnets de merde

Deux sonnets pour parler de l'injustice et des inégalités sociales. Un coup de gueule en vers.

ORDURES DE MERDE

Ces ordures de merde
Ont une balance en lieu de cœur
Ils pèsent ceux qui perdent
Et les vendent avec raideur.

Leur vie se passe, s’efface
Sans que les barreaux ne s’écartent
Ils jurent, pestent, mais obéissent
Leur vie est un château de cartes.

Tour de vis, pas de grâce :
La haine et le racisme en font place.
Le revenu d’existence

Leur fait penser à une farce.
Ils ont rempli leur panse
Mais leur cœur reste de glace.

LE POLITOYEN

Tu as voulu voir plus court que les poètes
Ce n’était pas difficile, dans ta petite tête
Ta dictature se vante d’être démocrate
Et tes spectres avancent sans hâte

Laborieuse, ta loi qui rend esclave
s’infiltre dans le dédale démocratique
Ils regardent ailleurs, leurs portes closes
Prenant la conséquence pour cause

Leurs urnes sont fermées, leurs vies sont barrées
Ils voient quand même des solutions
Fermer les yeux, barrer les cons

Passé le point critique, l’état est grave
Ils n’avaient qu’à faire attention
Les erreurs font les solutions.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.