pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 août 2022

pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

La vocation, 13

Tu es devenue prof « par vocation » , parce que c'est avant le bac que tout se joue. Tu as aimé tes élèves, ils te l'ont bien rendu ; tu aimes enseigner aussi, tu as toujours aimé. Tu as fait le maximum. Mais la coupe a été pleine, et tu es partie. Ce n'était pas tenable. Le plus simple est de raconter.

pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Non seulement l’endroit est bien situé, pas loin de la Défense, à quelques minutes à pied de l’arrêt de tram - mais, titulaire d’un poste fixe, tu peux découvrir les lieux dès l’été, sans attendre la rentrée. Tu rencontres le proviseur, une dame peroxydée qui mâche presque toujours un chewing-gum. Elle prévoit de te confier des BTS. Tu t’émerveilles de l’élégance des bâtiments, un ensemble art déco en brique rose, très vaste, organisé autour de plusieurs cours. “Vous trouvez ? s’étonne le proviseur. C’est vrai, il y en a à qui ça plaît… Mais bon, on peut rien faire, ici ! Paperasse et compagnie ! Les moindres travaux, c’est d’un compliqué…”

Tu constateras en effet que, hormis les inévitables faux plafonds et les rares smartboards, peu de choses ont évolué depuis les années soixante. Les rideaux sont raides de poussière de craie, le mastic des fenêtres à petit carreaux s’effrite, le bois des estrades est d’un gris délavé. C’est beau.

Néanmoins le cowboy blond, ainsi que tu baptises rapidement ton proviseur, entend que les choses changent, et vite, et en tout sens. Un professeur de philosophie, M. T., part en vrille depuis des années, et fait cours certains jours en grec ancien, d’autres en allemand ? Elle lui attribue le parloir en guise de salle de cours. Cinq élèves maximum - il en vient habituellement moins… c’est juste gênant quand on veut recevoir des parents, il n’y a plus de lieu dédié. En même temps, quand on enseigne, on a l’habitude de manquer de place et d’intimité : une salle des profs, quand on a de la chance, contient trois ordinateurs, une photocopieuse en panne et une autre plus lente mais qui marche, une grande table de conférence et les trente-cinq profs qui attendent d’avoir cours en essayant de travailler. Les annonces ministérielles récurrentes, qui annoncent qu’un jour prochain tous les profs seront enfin obligés de rester sur place dans leurs établissements à des horaires de travail normaux, te font bien rire - mais t’énervent encore plus, car tu as beau chercher, tu ne leur trouves pas d’autre possible motivation que de punir des professeurs déjà submergés. Puisqu’il faut des coupables…

Une certaine Marie-France enseigne ici depuis une trentaine d'années. Elle est prof de lettres classiques, notoirement incompétente, dépressive, universellement chahutée. Elle refuse de prendre sa retraite, elle veut profiter des majorations. Madame le proviseur, elle, décide de profiter d’elle pour supprimer l’option grec, elle trouve ça compliqué de gérer les emplois du temps avec autant d’options. Mme le cowboy blond attribue à Marie-France tous les cours de grec. En fin d’année, il n’y a plus un seul helléniste, on peut fermer.

Après quelques mois, Cowboy blond te demande de passer dans son bureau : elle t’annonce que ton poste va être supprimé. Tu seras prioritaire sur les collèges à côté - et puis ne t’inquiète pas, le poste rouvrira sûrement et tu pourras revenir !

Tu rentres chez toi accablée. Tu as sacrifié tous les points de ZEP et d’ancienneté pour venir ici, qui n’est même pas l’endroit où tu voulais vraiment aller. La plate-forme des mutations n’est pas encore ouverte. Tu ne peux qu’attendre. En attendant, comme tu sais que l’une de tes collègues s’en va, tu lui demandes si elle peut en informer le proviseur pour que le poste supprimé soit ce poste-là. Cowboy-blond s’étonne, c’est bien compliqué tout ça !

Quand la plate-forme ouvre, tu as la surprise de constater que rien n’indique que ton poste est supprimé - ce qui devrait te donner des points pour être affectée à proximité, option qui ne t’intéresse absolument pas, mais ne te rend prioritaire nulle part ailleurs, ce qui est bien triste. Tu vas voir le cow-boy, les données de la plate-forme ne sont pas à jour, comment ça se fait ? Devant toi, elle appelle le rectorat, s’énerve contre son interlocuteur, pinaille et tempête. Elle raccroche, et, te regardant dans les yeux :

“Ils n’ont même pas accepté de le supprimer ! Pourtant, j'avais demandé ! On n’a aucune souplesse, je n’ai presque pas d’heures sup ! Vous seriez revenue dans deux ans !”

L’année suivante, un jeune homme est nommé sur le poste de la collègue qui s’en est allée : tu ne seras plus la dernière arrivée, tu es sauvée. C’est lui qu’elle essaiera de virer en fin d’année.

Un autre jour, parce que tu lui diras que tu comptes finir par être mutée à Paris, elle te mettra en garde : elle aussi, au départ, elle était prof, et elle a demandé un lycée à Paris - à l’époque où on pouvait demander directement un poste, et non pas d’abord une zone, puis au second mouvement un poste - ce qui freine évidemment l’ardeur de tous les professeurs titulaires d’un poste correct loin de chez eux, qui risquent de se retrouver nommés à un endroit horrible s’ils demandent à changer d’académie. Elle a eu son lycée : c’était une cité scolaire, et on ne lui a confié que des classes de collège, parce qu’elle était nouvelle. Alors elle n'est pas restée. Écoutez ! Vous feriez mieux de vous satisfaire de votre poste actuel. Vous n'êtes pas bien, ici ?

Elle n’est pas mauvaise, cette femme, elle veut ton bien…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro