pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2022

pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

La vocation, 15

Tu es devenue prof « par vocation » , parce que c'est avant le bac que tout se joue. Tu as aimé tes élèves, ils te l'ont bien rendu ; tu aimes enseigner aussi, tu as toujours aimé. Tu as fait le maximum. Mais la coupe a été pleine, et tu es partie. Ce n'était pas tenable. Le plus simple est de raconter.

pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tu n’es pas là depuis très longtemps quand une grève d’élèves éclate. A vrai dire, les grèves d’élèves, ça ne te fait plus grand-chose : tu connais déjà. Une à C., une à N, une ici maintenant - limite si on ne s’étonne pas quand elle n’éclate pas, la grève des lycéens, blocus et tutti quanti. Ce qui est drôle - enfin, on s’entend - c’est que ta banlieue tranquille obtient le record des voitures brûlées durant la grogne : des casseurs ont mis le feu à une auto garée en face du lycée, et cela s’est propagé à tout le parking - pendant deux semaines, tu longes un champ de carcasses carbonisées en arrivant.

L’un des enjeux de la grève est, invariablement, le blocus : à N., c’est l’administration qui mettait les chaînes aux portails, de peur que des élèves entrent tout casser. Ici, à S., ce sont les élèves qui construisent des barricades de poubelles et s’apprêtent à cadenasser les portes pour interdire aux non-grévistes d’aller en cours. Le Cow-boy blond fulmine. Elle fend la foule, monte sur le perron, harangue les manifestants. Deux d’entre eux l’entourent, la soulèvent, la transportent. Comme une rock-star, mais avec moins d’amour, elle est portée par-dessus les têtes, et on la lâche de l’autre côté du groupe, dans la rue. Merci, on peut fermer.

Les profs entrent toujours. Les élèves, au compte-goutte. Un intrus a fait le mur, on peut passer un peu partout - sinon par les portes. Il est armé d’une barre de fer, il erre dans les couloirs, entre dans une salle. Le prof de maths qu’il interrompt dans une démonstration doit se protéger des coups avec une chaise. Il le repousse, verrouille la porte, appelle la vie scolaire ; l’homme s’est enfui. Ce n’est pas un élève, apparemment, mais un déséquilibré du quartier.

Dans la cour, d’autres jeunes sont entrés, qui tambourinent aux portes et chassent qui ils peuvent, et cassent ce qu’ils peuvent. La principale-adjointe s’interpose, calme mais ferme : ils la frappent - poignet cassé. Son plâtre, pendant quelque temps, nous rappellera ce qui a eu lieu au détour des couloirs.

C’est une grève d’élèves : les profs sont là. Pendant les cours, les rares présents ont du mal à suivre, car les bâtiments encadrent les cours, et ont donc tous des fenêtres donnant sur les rues alentour. Depuis ces rues, on hurle, on tambourine sur les grilles avec des bâtons. Des collègues vont voir le cow-boy : il faut fermer. Elle hurle, “Et alors, c’est dangereux ? Qu’est-ce que vous croyez ? La vie, c’est dangereux ! On n’est à l’abri nulle part ! Il faut qu’ils l’apprennent !”

La frêle Christiane reçoit des correspondants suédois avec sa classe. Elle tente de faire comme si tout était sous contrôle. T., le prof de philo polyglotte, a pris la tête d’une cohorte de grévistes. Il entre dans les salles en réclamant les cahiers d’appel, ces listes de collabos, ces relevés de flicaille. Dans la première salle, Anne-Marie, qui est de nature angélique, n’y voit pas malice et lui explique qu’elle n’a pas encore fait l’appel, qu’elle n’a pas le cahier adéquat, mais qu’il peut le faire sur une feuille blanche, faut pas s’en faire, ça passera. Dans la salle suivante, la prof, charismatique et posée, est en outre sa seule amie : il se dégonfle. Dans la troisième salle - il est hors de lui, poussé par sa troupe qui commence à douter - se trouve Christiane : il lui arrache des mains tout ce qu’elle tient, listes d’appel, cahier de cours, programme de l’échange, se rue dehors et balance l’ensemble par dessus les murs d’enceinte. Elle n’a pas de double, évidemment… comme elle essaie de se défendre, il la soulève du sol, la secoue violemment, la repousse.

En salle des professeurs, on voit arriver Christiane en larmes. Après quoi voilà T., délirant, qui braille à la cantonade qu’on est des nazis. Il s’installe à l’un des ordinateurs - celui qui y était s’est enfui - et envoie des dépêches on ne sait où, dans lesquelles il est question d’un repaire de néo-nazis casseurs de grève que le courageux T. aurait affronté malgré le danger. (On ne le sait pas tout de suite, évidemment, il faut d’abord que les dépêches soient publiées, et lues par les collègues sur les sites concernés.)

Le cow-boy appelle les pompiers. Deux heures plus tard, T. revient, fanfaron : le psychiatre a dit qu’il allait bien.

Plus tard, T. ne viendra plus : sommé de rester chez lui, mais payé. Ensuite, il sera muté dans un autre établissement. Fin de l’épisode.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige