pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 août 2022

pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

La vocation, 16

Tu es devenue prof « par vocation » , parce que c'est avant le bac que tout se joue. Tu as aimé tes élèves, ils te l'ont bien rendu ; tu aimes enseigner aussi, tu as toujours aimé. Tu as fait le maximum. Mais la coupe a été pleine, et tu es partie. Ce n'était pas tenable. Le plus simple est de raconter.

pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ces grèves d’élèves te mettent mal à l’aise. Elles sont trop fréquentes. Trop répétitives. Cérémonies rituelles contre la peur de ce qu’il y a au bout de ces années de lycée. Les élèves de S. sont très peu politisés. La plupart, par temps de remous politiques, se contentent de rester chez eux. D‘ailleurs, les autres jours :

“Vous, c’est normal, mais nous, vous voulez qu’on travaille et on n’est même pas payés !”

Certes, les syndicats lycéens ratissent large, mais ils se contentent de défendre la gratuité d’un enseignement de qualité.

Il faut dire qu’ils ne sont pas là de gaîté de cœur, ces élèves. Ils n’ont pas eu voix au chapitre, ils font ce qu’on leur a dit de faire. Ils te le font bien sentir - même si certains, en fin d’année, t’offrent un mug, des chocolats, une carte avec écrit “merci de nous avoir permis de choisir la voie qui nous intéressait !” (La première littéraire, évidemment.)

La première fois que tu as eu des BTS, tu as fait un tour de table le jour de la rentrée ; tu trouvais cela convivial, tu avais envie de savoir d’où ils venaient, ce qu’ils attendaient - c'étaient tout de même des adultes. La question que tu leur as posée, toute simple :

“Pourquoi avez-vous choisi ces études ?”

Julien voulait être expert-comptable comme papa ; son ami Mourad comptait devenir comédien, il avait besoin de maîtriser un métier où il est facile de trouver des missions d’intérim et des temps partiels, pour assurer ses arrières. Les trente autres élèves n’avaient aucune envie de devenir comptable, ils étaient là par défaut, “Vous savez Madame ça nous intéresse pas la compta, vous trouvez intéressant, ça, vous ?”

Lourdeur des commencements, après ces aveux… Tu n’as plus jamais posé la question.

Tu savais, toi, à quoi ça servait, ce qu’on t’apprenait ? Ce qu’il y avait, après le bac ? Tu te le demandais ?

*

Un rêve que tu fais souvent, c’est celui d’Esmeralda. Tu ouvres ta salle de cours, tu fais rentrer les élèves, et tu rejoins l’estrade. Ils sont tous assis, tu commences le cours, ils t’écoutent : soudain ils applaudissent, et te lancent un essaim de petites piécettes. Tu regardes par terre : ce sont des rondelles de cuivre, des sortes de paillettes, pas de vraies pièces.

Au réveil, tu penses à la bohémienne de Hugo, qui fascine Gringoire en dansant - mais des piécettes de cuivre de sa jupe tombent au sol, par terre elles sont ternes, ce n’est pas de l’or, et voici Gringoire dégrisé.

Tu travailles dans des lieux plus privilégiés qu’avant : ainsi, la plupart de tes collègues sont en fin de carrière. Les coordinateurs de matière s’attribuent les meilleures classes, et quand l’inspecteur vient il n’essaie pas de les faire changer… Le coordinateur prendra bientôt sa retraite, il te propose de le remplacer ; tu t'étonnes, il n’y a pas de candidatures spontanées ? Personne ne veut faire cela, il paraît. Allez comprendre. C’est comme Françoise, qui répète sans cesse que tu as tellement de chance d’avoir eu ton agrégation, mais qui refuse obstinément de la passer… C’est si répétitif, l’enseignement. Peut-être qu’on finit pas ne plus savoir changer ?

Pourtant on travaille d’arrache-pied, à S. Parfois jusqu’au burn-out. Toi-même, à force de tirer sur la corde, tu tombes souvent malade, généralement pendant les vacances, sinon juste avant. Effets secondaires de la décompression.

Une fois, tu attrapes la grippe, tu rates une semaine de cours, ce ne sont pas encore les vacances - on fait ce qu’on peut.

“ Qu’est-ce que vous comptez faire pour rattraper votre retard ?” s’énerve un père d’élève au conseil de classe. Tu réponds que tu n’es tenue de rattraper aucun retard, ayant bénéficié d’un congé maladie, et que cela n’est en rien gênant car tu n’es pas en retard, vu que tu étais en avance sur le programme. Le proviseur - une autre, le cow-boy n’est plus là - te coupe : si tu veux parler pédagogie, merci de le faire en dehors du conseil. Au trimestre suivant, le même parent t’agresse : pourquoi ton descriptif de textes pour le bac n’est pas le même que celui de M. D, qu’il trouve bien mieux ? Cette fois-ci, il est si odieux que le proviseur doit l’exclure du conseil…

Non seulement tu travailles tout le temps, mais on n’arrête pas de te reprocher de ne pas travailler assez. Ni comme il faut.

“Comment ça vous n’avez pas corrigé les contrôles ? demande un gamin.

-Je vous l’ai dit, j’ai presque fini ! Ça va, ça fait trois jours, vous les aurez demain !

-Nan mais c’est pas normal vous auriez pu le faire avant le reste !

-Oh, vous vous calmez, je ne suis pas à votre service !

-Bien sûr que si vous êtes à mon service !

-Ah ? Ben dans ce cas, je ne sais pas, virez-moi…”

En voici un autre, qui profite d’un interclasse pour venir t’interroger :

-A quoi ça sert ce cours ? A quoi ça sert, le français, Madame ?

-Ça sert à apprendre, petit à petit, à exprimer des raisonnements, à argumenter. Ça sert à ne pas se faire avoir quand on reçoit un tract haineux dans sa boîte aux lettres, parce qu’on comprend quels procédés il emploie pour déclencher cette haine. A être capable d’opposer des arguments à ceux avec qui on est en désaccord, pas des coups. A éviter d’être manipulé… (tu réussis, tu es bonne, à ne pas parler de profs de physique.) Ça sert à exercer son intelligence, à mieux comprendre les choses, à avoir des références à partir desquelles il est plus facile de comprendre ce qui nous entoure.

-Wouah ! Bravo, vous gagnez : la prof de maths, elle, elle a rien su répondre !”

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff