pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juil. 2022

pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

La vocation, 9

Tu es devenue prof "par vocation", parce que c'est avant le bac que tout se joue. Tu as aimé tes élèves, ils te l'ont bien rendu ; tu aimes enseigner aussi, tu as toujours aimé. Tu as fait le maximum. Mais la coupe a été pleine, et tu es partie. Ce n'était pas tenable. Le plus simple est de raconter.

pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans la cité scolaire où de nouveau tu dois effectuer un remplacement à l’année, toujours au collège d’ailleurs, personne n’a prévenu la direction que tu étais enceinte. Comme tu apprends quel est ton poste deux jours avant la rentrée, tu peux difficilement permettre à celle-ci d’anticiper. Dès que tu sais, néanmoins, tu téléphones - et ton service et celui d’une future collègue se retrouvent inversés, pour éviter que les élèves de troisième qu’on t’avait attribués souffrent de ta future absence prolongée. 

A toi, cependant, on n’a pas pensé : après, très tôt, transports en commun parisiens bondés et train de banlieue, ta première journée de classe est essentiellement consacrée à monter et descendre des escaliers, car tes salles sont au troisième étage et tu dois emmener chacune de tes trois classes récupérer leurs manuels au sous-sol. Ton gros ventre te pèse, tu respires mal. Tu n’es déjà pas bien fraîche, prompte au malaise depuis des mois - l’exercice t’achève, te voilà prise de contractions inextinguibles à six mois et demi de grossesse, et au bout d’un jour et demi d’exercice tu es placée en congé maternité : on ne peut pas se sacrifier en même temps à son métier et à son enfant, c’est ainsi.

Quand tu reviens de congé, l’année est bien entamée. Ta remplaçante avait bonne presse, les élèves l’aimaient bien. Ce qui te chagrine, c’est que tu l’as entendue discuter avec une autre prof : “Ben nan, bien sûr, en français on ne peut pas exiger l’exactitude ! Nan mais si je leur demande d’être exact, personne n’a les points ! Alors quand c’est à peu près une bonne réponse, je mets le maximum, ça passe, hein.”

Ton exigence, évidemment, passe plutôt mal, après quelques mois de ce régime. 

Un matin tu demandes à des élèves de décomposer une phrase complexe en propositions : le cours a été fait durant ton congé maternité, ce sont des révisions. “Mais Madame, elle est bête votre question ! Une proposition et une phrase c’est pareil !” s’exclame un bon élève, fâché. Il a sans doute mal compris quelque chose… Non, non ! s'écrie la classe. C’est la même chose ! Ben voyons. Et une brique et une maison, c’est la même chose ? Ils insistent. Tu demandes les cahiers pour vérifier.

En effet, en guise de cours de grammaire sur les propositions, ta remplaçante a fait copier à toute ta classe de sixième, à l’exclusion de quoi que ce soit d’autre, cette remarquable définition :

“Une proposition est une phrase.”

Les remplaçants, c’est qui ? En l'occurrence, tu en es une, une avec le concours et tout, mais remplaçante. Seulement toi, tous les ans, tu remplis un trou à l’année. Soit qu’il n’y ait pas assez d’heures pour créer un poste pérenne - on se méfie, elles y sont peut-être, mais si jamais ? Soit que tu remplaces quelqu’un de déjà en poste - par exemple, deux professeurs ont demandé un mi-temps ou un professeur a demandé un congé sabbatique. En français, un remplaçant titulaire qui fait de petits remplacements, même en 1999 c’est une anomalie. Les trous de quelques mois (quelques semaines on ne remplace pas), on les bouche avec des gens qui ont raté le concours, des licenciés d’une autre matière, des vacataires qu’on ne peut pas embaucher plus d’un trimestre sinon on risquerait de devoir les payer convenablement, tout ça. De ne plus pouvoir les virer. Alors on les vire préventivement, en général avant qu’il commence à être payer l’Education Nationale est une grosse machine poussive. C’est l’époque où Allègre veut dégraisser le mammouth. La pauvre bête n’en frémit même pas, elle durera plus que lui, un peu ralentie, un peu abîmée mais tant pis.

Début mai, les parents du  petit Mathias, dans ta classe de cinquième, sont convoqués par la direction : Mathias accumule les bêtises, il ne fait rien, n’apprend rien - il rend des copies blanches et ne prend même pas la moindre note en cours. Un contrat est passé avec lui : on passera l’éponge sur ses égarements s’il rattrape les cours qu’il n’a pas écoutés.

Un matin, l’application de Mathias t’étonne : au fond de la salle, il écrit très studieusement le cours - seulement tu ne dictes pas le moindre cours,  tu viens de donner des consignes écrites et tu les commentes. Tu circules dans les rangs pour vérifier qu’elles sont comprises, et jette un œil en douce sur le travail de Mathias : à l’aide d’un calque, il est en train de recopier un cours du début de l’année.

 Tu confisques le calque, atterrée. Tu lui demandes de passer au bureau en fin d’heure, tu as à lui parler. Quand la sonnerie retentit, un autre élève a une question à te poser. Mathias en profite pour tendre la main vers le calque, essayant de te le subtiliser. Tu poses ta paume sur la feuille ; il tire, affolé, il la veut cette feuille. Tu la lui arraches d’un coup sec, en fait une boulette que tu jettes dans la corbeille à papier : cela suffit, elle ne sert à rien cette feuille.

“Mais c’est mon cours ! vous avez jeté mon cours, sale pute !”

Et il essaie de te frapper.

Quelques minutes plus tard, dans le bureau de la principale adjointe, tu ne peux t’empêcher d’éclater de rire en lui racontant cette anecdote. Elle te fixe, consternée. Puis, sévère : faut bien comprendre, pour lui, le calque, c’est quand même faire ce qu’on lui a demandé…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier