pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 août 2022

pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

La vocation, 18

Tu es devenue prof « par vocation » , parce que c'est avant le bac que tout se joue. Tu as aimé tes élèves, ils te l'ont bien rendu ; tu aimes enseigner aussi, tu as toujours aimé. Tu as fait le maximum. Mais la coupe a été pleine, et tu es partie. Ce n'était pas tenable. Le plus simple est de raconter.

pascaleprivey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et les autres cours, les cours de routine ? Ils se passent toujours bien ? Globalement, oui, très bien. Seulement il y a du bruit. Quand tu as commencé, sans enfants, concentrée sur ce travail et seulement sur celui-ci, disponible jusqu’au vertige, il n’y avait pas un bruit. Maintenant, tu dois faire avec des bavardages - tu fais taire les élèves, et puis cela remonte, tu les fais taire, etc. Les portables vibrent, ils sonnent sur une note suraiguë, réputée inaudible passée vingt ans - pas de chance, tu l’entends parfaitement. Étonnement des coupables. Tu ne sais pas si c’est parce que ce ne sont pas les mêmes élèves, qu’ils sont trente-huit dans les salles - ou parce que tu n’es plus la même personne.

Sans doute préparais-tu mieux tes cours avant ? En ZEP, comme en fausse ZEP, tu avais le calme. Maintenant, moins. Un bruit de fond… Mystère. Dois-tu incriminer la capacité d’attention, qui se perd ?

Un jour, tu as emmené tes élèves au cinéma. Tu as prévu, au retour, un débat. La proviseure - celle-là tient au féminin - vient y assister. Tu as prévenu les élèves, évidemment, que ce serait un débat avec la proviseure. Il se passe un truc incroyable : les élèves se mettent tous à parler entre eux, en même temps, fort, ils débattent, oui, ou parlent d’autre chose en déviant, ils partent du film et arrivent on se demande bien où et comment, le courant ne passe plus. Tu n’as jamais vu ça, subi ça. Leur proviseure, ils s’en fichent complètement - tu soupçonnes qu’ils se disent qu’elle n’a rien à faire là, ou que ce n’est pas un cours si elle est là ? De toi aussi, tout d’un coup ils ont l’air de se ficher, ils ne t’écoutent que sporadiquement. Tu supposes, aussi, que ta supérieure hiérarchique se dit que tu ne sais pas faire. Et c’est vrai, faire comme si elle n’était pas là tu n’y arrives pas, faire comme si ce n’était pas une situation absurde tu n’y arrives pas. Ce qui se passe, tu ne le comprends pas. Sans doute, tu perds ta crédibilité administrative en une heure. Pas trop grave non plus, car ta proviseure est incapable de se rappeler ton nom, chaque fois q’uelle te parle elle utilise celui d’une collègue arrivée en même temps que toi - la dame du 8/20, dont les élèves ne te disent pas grand bien. (Litote. Mais tu essaies de ne pas écouter.)

*

Tu gagnes en expérience : tu es de plus en plus consciente des problèmes. Des programmes mal ficelés, appliqués en catastrophe, et pas par tout le monde encore. De l’éternel “Pas-faire-de-vagues”. De l’omniprésence d’appareils électroniques qui nuisent à la plus élémentaire concentration, mais que l’Education Nationale envisage d’acheter exprès pour en équiper les classes. Des aberrations, des incohérences, des arbitrages politiques… Tu n’as guère d’illusions sur la façon dont on réforme le vieux mammouth plein de banderilles depuis que tu as dépouillé, en première année, le grand questionnaire Allègre auquel les lycéens avaient répondu, et que tu as entendu les experts du ministère tirer des conclusions des réponses alors que les bénévoles auxquels tu t'étais jointe n’avaient dépouillé que les établissements les plus petits, presque tous privés - du privé chic.

Avec le temps, tu as aussi appris à douter de la légitimité des examens. Tu as été jury de VAE, par exemple : il s’agissait de conférer le BTS d’assistant de direction à des candidats dont l’expérience le justifiait. Malheureusement, tu faisais partie d’un jury dans lequel aucun juré ne connaissait cette formation, ni n’enseignait les matières principales au programme. Ça t’a rappelé l’année où tu as fait passer une épreuve de bac “transversale”, en maths et physique-chimie, avec un collègue dont il s’est avéré qu’il était prof d’histoire…

*

Tu n’es pourtant pas, dans les années 2010, au bout de tes surprises. Un jour, tous les élèves ont de petites bibles à la main, parce qu’on distribue des bibles à l’entrée, de ces petites bibles bleues sans notes qui t’évoquent celles qu’on trouve dans les motels de la campagne américaine. Certains se plaignent, s’insurgent, se disputent. Ils t’expliquent que c’est comme ça depuis le matin, des inconnus sont là qui font de la publicité à Dieu, au leur en tout cas. Tu trouves ça un peu gros, tu frappes à la porte de la nouvelle proviseure, une dame protestante qui a les palmes académiques. Elle te dit qu’elle sait, que les responsables, avec leurs grands paniers de bibles, sont de l’autre côté de la grille, qu’elle ne peut pas intervenir. C’est tout juste si ce n’est pas toi qui te sens en faute.

A la décharge de l’établissement, on ne sanctionne pas non plus les filles voilées qui ne parlent plus qu’entre elles. Ni ce professeur d’économie qui, traversant parfois les différentes cours avec toi, brame de tonitruant “il y a trop d’étrangers ici” à chaque fois. On a rien vu, rien entendu, c’est sûr qu’on ne va rien dire.

En BTS, Farid, dont le père est imam, t’explique - tu enseignes la culture générale et travaille sur le terrorisme à cette heure-là - que djihad, ça ne veut pas dire guerre sainte, ça veut dire effort. C’est quand même fou, le texte - un article du Monde sans doute - parle d’effort, pas de guerre ! Tu le remercies, dans le contexte il s’agit d’une action armée au nom de Dieu, mais que le terme signifie “effort” aussi et peut-être avant tout est une indication précieuse. Il sourit modestement. Tu te sens légèrement nerveuse.

Un autre jour, à l’interclasse, tes élèves de cette même classe discutent et te prennent à témoin : “Moi madame, dit l’un d’eux, je vous jure, un noir ou même un juif je l’embauche sans souci, mais un homosexuel je ne prends pas l’ascenseur avec !” La plupart des autres acquiescent. Tu demandes s’ils ont peur de devenir homosexuels aussi, comme d’une maladie très contagieuse, ou d’être tentés, ou quoi ? Ils répètent qu’ils n’ont pas confiance, tu n’en tires rien d’autre.

Un autre jour, tu passes dans les rangs, Farid ne fait rien. Tu t’en étonnes. “Madame, je ne peux pas travailler quand vous êtes trop près.” Il a même l’air d’avoir du mal à respirer. Tu lui réponds que tu ne vas pas t’attarder, tu as du monde à aider… Ta collègue de compta-gestion rit quand tu lui racontes l’anecdote, il lui a fait la même remarque. Alors tu ris aussi, voilà tout. Que faire d’autre.

Un autre jour encore, tu croises Farid sur la passerelle qui permet de traverser la ligne de tram. Le vent souffle fort, et subitement retourne ta jupe. Tu as du mal à garder ton sérieux. Ton calme, aussi.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif