Magnifique exposition à Florence

Du 2 décembre au 22 février se tient une exposition sur les joalliers Mario et Gianmaria Buccellati au Museo degli Argenti à Florence. Certaines des plus belles pièces de Mario Buccellati sont exposés, comme des bracelets, des broches, des bagues... La plupart sont dôtés de cette exceptionnelle texture "nid d'abeille", une texture gravure incomparable qui est encore aujourd'hui la marque de fabrique la Maison Buccellati.

Mario Buccellati, c'est l'histoire d'un orfèvre exceptionnel. Il fût surnommé le “Prince des Orfèvres” par le poète italien Gabriele d’Annunzio. C'est également un entrepreneur dont l'aventure commence en 1919. Très vite, il crée des boutiques à Milan, Rome, Florence.

En 1956, il inaugure un magasin sur la Cinquième Avenue de New York. Viennent ensuite d'autres implantations dont Palm Beach en 1958.

Mario meurt en 1965, quatre de ces fils reprennent les affaires. Son fils Gianmaria, orfèvre également, a toujours été encouragé par son père à poursuivre la tradition familiale. Il implante la marque dans les plus beaux emplacements de Paris, Londres, Moscou, Tokyo, Hong Kong, en Sardaigne, à Capri, sur Beverly Hills, à Aspen et Sydney. Gianmaria a reçu au cours de sa carrière plusieurs prix pour son travail. La maison travaille exlusivement avec 300 artisans Italiens très expérimentés et produit 4.000 pièces par ans.

Les Buccellati sont les héritiers de l'illustre tradition Italienne, qui s'est développée à la Renaissance avec Benvenuto Cellini. Ils sont partis de cette tradition pour la réinterpréter d'une manière personnelle.

Plus d'une centaine d'oeuvres, dont des bijoux et des pièces d'argenterie conçues par Mario et Gianmaria Buccellati sont exposés dans la magnifique chambre du "Museo degli Argenti" au Palais Pitti. 

Le choix du Museo degli Argenti à Florence, est symbolique pour Gianmaria. Ce musée conserve entre autres certains joyaux de l'époque Laurent de Medicis. Ces oeuvres incontournables de l'orfèvrerie, trésor de la famille des Médicis, ont été une source d'inspiration pour l'artiste joaillier : à voir absolument  le " Trésor des médicis", une pièce decagonale, ou le "Cratère des Muses" (1981), une tasse de jade qui célèbre le mythe de la période des neuf divinités des arts dans la tradition grecque.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.