La longue histoire notre espèce

Se tourner vers le passé, comprendre l'évolution de l'homme sans jamais perdre de vue le rapport à son environnement. Une fresque de l'humanité indispensable. Appréhender avec justesse le futur passe par là.

Depuis mon billet sur la collapsologie ( https://blogs.mediapart.fr/pascamax/blog/080917/la-collapsologie-ou-lavenir-en-noir ), le sujet, troublant s'il en est,  n'a pas quitté mes pensées. J'ai écouté avec attention tout ce qui se diffusait sur le net via l'association Adrastia, des groupes Facebook et autres comptes Twitter.

Plusieurs fois recommandé par Vincent Mignerot, la référence en matière d'effondrement, l'ouvrage "Cataclysmes" (Payot, 2017) de Laurent Testot a fini par arriver sur mon bureau. C'est écrivant un article sur un site consacré au "futur appréhendé par des faits scientifiques" que j'ai senti qu'il me fallait compléter Tainter et ses thèses sur l'effondrement des civilisations complexes.

En fait, ce livre de Tainter ("L'Effondrement des Sociétés Complexes") fait référence à une quinzaine de sociétés/civilisations passées qui se sont effondrées. L'auteur en dégage les points communs et théorise sur une complexité induite, gourmande en ressources, qui fini par faire imploser le système.

J'ai eu beaucoup de mal à situer ces sociétés et leur importance relative. Pour le dire de manière simple, il me manquait des connaissances en histoire. J'ai donc décidé de lire la grande fresque de l'humanité et de ses interactions avec son environnement écrite par Laurent Testot. C'est ce que l'auteur appelle de l' "histoire globale".

L'ouvrage rapporte en 500 pages l'évolution du Singe à l'homme de 2018. La construction est loin d'être linéaire. On s'aperçoit que les problèmes et les sombres perspectives contemporaines (en matière de climat, économie, agriculture, santé, stabilité politique, énergie etc. étant acquis que tout est systémie) que l'on découvre quand on s'interesse à la collapsologie sont loin d'être nouvelles. 

L'Homo a déjà tout saccagé, L'Homo a déjà payé cher en retour. Maintes fois. C'est même une constante.

Par exemple, la mega-faune (animaux de plus de 100 kg) a été systématiquement éradiquée dans chaque nouveaux territoires conquis, en des temps reculés.

On note aussi, que l'homme a souvent été chahuté par les changements climatiques (sans qu'il soient la plupart du temps de son fait) plus fréquents qu'il n'y parait.

Contre-exemple avec l'aridification de l'Australie à l'arrivée de l'homme il y 50.000 ans : il massacre de la méga-faune donc il n'y a plus de débroussaillage donc il y a plus de feux.

Laurent Testot nous invite à regarder le passé car devant des défis environnementaux énormes d'autres avant nous ont déjà pensé que la technologie allait les sauver.... et ils s'ent sont mordu les doigts.

Bref, "Cataclysmes" est un ouvrage passionnant que chaque personne devrait lire pour se situer dans l'histoire de son espèce et pour appréhender avec recul se qui nous arrive.

Laurent Testot - Cataclysmes : une histoire environnementale de l'humanité © librairie mollat

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.