pascamax
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 janv. 2015

pascamax
Abonné·e de Mediapart

J'ai lu AFTER d'Anna Todd...

pascamax
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le livre d'Anna Todd, américaine de 26 ans, "After" a débarqué en France le 2 janvier après un succès incroyable sur la plateforme en ligne Wattpad où les 4 saisons de la série ont été téléchargées plus d'un millirad de fois ! Son roman est déjà un réel phénomène littéraire dans de nombreux pays à travers le Monde. Aux Etats-Unis, en Espagne, en Australie, c'est un best-seller. Cette romance à l'eau de rose pour adolescentes déferle maintenant en France, devant le nouveau roman de Michel Houellebecq. Les droits d'adaptation au cinéma auraient même été acquis par la Paramount !

After est une "fanfiction", c'est à dire une histoire écrite sur internet par des fans qui s'inspirent d'un personnage célèbre. Sur wattpad, site d'écriture communautaire, tout le monde peut poster des commentaires pour intervenir dans la construction du scénario. 

A la sortie de ce livre, j'ai pensé à "Fifty Shades of Grey" dont les héros ont été inspirés de "Twilight". Anna Todd, qui est fan du boys band "One Direction" a choisi Harry Styles, leader du boys band "One Direction", pour incarner son personnage principal.

Pourquoi cet engouement incroyable à travers le monde pour ce roman à l'eau de rose écrit sur un smartphone par cette texanne, elle-même grande lectrice de romans à l'eau de rose qui s'ennuyait dans des petits boulots ?

Devant tant d'émoi du côté des adolescentes à travers le monde pour ce livre, ayant moi-même une adolescente à la maison et étant une vieille adolescente, aussi :-), il me semblait intéressant de m'y plonger...

Quelle est l'histoire ?

"After", c'est l'histoire de Tessa, une jeune fille de 18 ans, sérieuse et pleine d'ambitions, pensant avoir le contrôle sur sa vie et promise à un bel avenir. Elle est studieuse, réservée, une jeune fille puritaine, "bien sous tous rapports" qui a un amoureux adorable, le gendre parfait.

Elle va faire une rencontre sur le campus de l'université de Washington par l'intermédiaire de sa colocataire qui bien moins "coinçée" qu'elle. Cetet rencontre va faire basculer sa vie...

Hardin est un jeune homme aux yeux verts, brun sexy en diable, provocateur, à l'accent britannique craquant avec tout l'attirail du bad boy, tatouages et piercings inclus. C'est aussi un garçon qui peut se montrer cruel et grossier. Hardin fume, aime faire la fête et il sait jouer de son charme pour faire succomber toutes les filles, si, possible une différent chaque soir... Il n'a aucun respect des règles, il est cynique, tortué, égoïste.

Hardin et Tessa sont donc radicalement différents, tout les oppose et Tessa devrait le détester mais elle va se retrouver seule avec lui dans sa chambre et tout va basculer, elle va perdre les pédales, mettre de côté tous les principes qui gouvernaient sa vie jusqu'alors. Lorsqu'ils s'embrassent, c'est le début d'une passion incroyable qu'elle ne pensait jamais vivre auparavant... 

En apparence, ce roman c'est l'histoire toute simple d'une rencontre entre un garçon et une fille mais une fois que vous commencez à lire et si vous êtes une ado, je pense que vous êtes littéralement aspirée dans la relation qu'entretiennent Tessa et Hardin. Ils sont tellement différents, cela parle à tout le monde... Y compris à toutes les mères de famille comme moi qui ont été des adolescentes plutôt sérieuses fantasmant sur les bads-boys des cours de récréation dans les années 90 -:).

L'histoire de Tessa c'est l'histoire d'une histoire d'amour compliquée, d'une histoire du genre "fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis", de la rebellion et d'une grande passion, de la réciprocité des sentiments, du mensonge aussi. 

Mon humble avis...

Je pense qu'"After", ce n'est vraiment pas un grand monument de littérature, c'est sûr mais c'est plutôt agréable à lire, c'est fluide et l'intrigue tient assez bien la route. C'est un mélange de romantisme et de trash à l'eau de rose pour adolescentes fan de boys band. Je comprends que cela plaise autant aux ados, l'amour et les compatibilités amoureuses étant quand même leur sujet de préoccupation principal...

J'ai trouvé qu'Anna Todd avait vraiment une merveilleuse façon de retranscrire les émotions d'une jeune femme partant à l'université, vivre de nouvelles expériences. Le trouble provoqué par un garçon si différent d'elle est au coeur du livre, très bien dépeint. On s'y croirait et l'identification fonctionne à fond, tant le personnage d'Hardin est tout à la fois irritant, charmant, excitant... 

L'attraction physique est un thème qui revient souvent, les scènes d'amour étant nombreuses. Là encore, parfait pour des ados qui doivent vraimetn adorer, c'est bien écrit, de l'émotion, de la passion, de l'érotisme, ingrédients qui fonctionnent très bien auprès d'elles (je vois quand même difficilement comment ce roman pourrait intéresser les garçons mais bon...). L'histoire rebondit parfaitement et n'est pas uniquement centrée sur la relation Tessa-Hardin, les relations plus que tumultueuses au sein des familles étant évoquées en pointillés.

Pourquoi ça peut marcher aussi en France ?

  • le phénomène fanfiction
  • la grosse ficelle du garçon ténébreux et manipulateur
  • l'histoire d'amour impossible
  • les scènes de sexe
  • la forme, simple et directe qui plaît aux ados

Bref, ce roman a tout pour plaire à une frange de la population adolescente nourrie aux boys band, à la télé, aux taboïds. 

J'avoue ne pas vraiment attendre avec grande impatience la suite...

En revanche, j'attends le verdict de ma fille de 17 ans avec impatience...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal