Passion69
Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Lien 16 août 2020

Jounal perso: Je passe au vegan

Passion69
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://food.konbini.com/story/jai-passe-un-mois-de-septembre-vegan-voici-mon-histoire/

Aujourd'hui je vous fais un petit article sur un changement de ma façon de consommer. Je passe au végan que ce soit pour la nourriture ou les produits que j'utilise. Il ce que je fasse quelques ecarts de temps à autre car je ne suis pas à fervant défenseur du vegan mais je compte faire plus attention à ce que je mange et mets sur ma peau. Je vous ferai surement un autre article sur ce qui a changé dans ma façon de manger. Si vous voulez connaitre mes motivations lisez mon article :).

Notre peau absorbe jusqu'à 60 % des produits que nous lui appliquons - c'est effrayant si ces produits sont synthétiques, traités et pleins de conservateurs, de produits chimiques et de toxines. Si vous allez assainir votre alimentation pour les mêmes raisons, pourquoi ne pas réduire l’utilisation de produits qui pourraient être toxique pour votre peau comme j’ai commencé à le faire récemment

Les produits de beauté végan sont quasiment les même produits que les produits fabriqués à base d’ingrédients d’origine animal alors qu’il n’en contiennent pas. Parmi les ingrédients d'origine animale couramment utilisés pour les soins de la peau, on trouve la cire d'abeille, la lanoline, le carmin et l'acide urique des vaches autant dire que l’on pourrait bien s’en passer que ce soit pour le bien de notre peau ou pour les pauvres animaux que l’on abat pour récupérer les matières premières qui font nos cosmétiques.

Les formules végan sont parfois mal perçues mais sont-elles aussi efficaces que les produits non-végan? De mon expérience personnelle, je ne me porte que mieux depuis que je suis passé au 100% végan, certes un peu plus cher que d’autres produits similaires la qualité reste tout de même un peu supérieure d’après mes tests.

En réalité, sans ingrédients d'origine animale, les produits végétaliens sont en fait meilleurs pour la peau, surtout si vous avez la peau sensible ou sujette aux maladies comme la mienne. Les ingrédients d'origine animale peuvent être agressifs et obstruer les pores, et croyez moi ce n’est pas terrible

De plus, d’après ce que disent les différentes marques sur le marché qui prônent leurs différents produits  les ingrédients d'origine végétale contiendraient plus de vitamines, de minéraux et d'antioxydants pour réparer et hydrater la peau. Ce qui n’est pas complètement illogique vu que lorsque l’on mange des aliments à l'état naturel on est en bonne santé alors il en est sûrement de même pour les produits que l’on met sur notre peau.

Un cosmétique végan contiendraient plus de vitamines A, C et E, des huiles naturelles, telles que la noix de coco, l'argan et l'églantier, des algues, des extraits de soja, des extraits de graines de chanvre, la baie de Camu Camu, etc. Ces ingrédients sont aussi efficaces, sinon plus, que leurs homologues synthétiques, car ils sont plus proches de leur état naturel. (Mais attention, car les termes "naturel" et "biologique" ne signifient pas que le produit est végan).

En outre, lorsque les produits sont absorbés par la peau, ils passent directement dans le flux sanguin. (Lorsque vous ingérez quelque chose, il passe par les reins et le foie avant d'arriver dans le sang - un processus naturel de filtration et de détoxification). Au fil du temps, l'absorption d'ingrédients non végétaux peut potentiellement provoquer des effets secondaires négatifs, et ce, uniquement sur la peau.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis