Mon analyse des conséquences du covid sur l'immobilier

https://immobilier.lefigaro.fr/annonces/edito/acheter/j-achete/les-impacts-du-covid-19-sur-les-marches-immobiliers

Merci de prendre cet article avec des pincettes, il n'engage que moi et est le fruit de mes propres recherches. J'ai essayé de sourcer l'article au maximum, bonne lecture.

 

La crise inédite du covid-19 a mis à mal les chantiers immobiliers, principalement

ceux de l’immobilier neuf. Si la majorité d’entre eux reprennent petit à petit, les conséquences ont été catastrophiques et désormais, les règles sanitaires à respecter tendent à compliquer la situation. Zoom sur l’impact du covid-19 sur l’immobilier neuf.

dd448a2aa7bee7dbc17babc4882592ca_html_57891811.jpg

  • Le secteur de la construction est au ralentit

Après la reprise des chantiers de construction, le constat est inévitable, les logements neufs sont en baisse. Entre le mois de mars 2018 et le mois de mars 2019, 445 700 logements ont été acceptés à la demande de construction. Ce chiffre sur 12 mois est en baisse de 8,2% par rapport à ceux compris entre mars 2017 et mars 2018. Cette baisse des demandes de permis de construire n’est pas entièrement due à la crise du covid-19, puisque ces demandes avaient déjà connu une baisse en février 2020. Selon le SDES (Service de la Donnée et des Études Statiques), « les autorisations de logements individuels sont en baisse (- 7,9 %). Le recul est plus marqué dans l'individuel pur (- 9,6 %) que dans l'individuel groupé (- 3 %) ».

  • L’État met tout en œuvre afin d’accompagner les professionnels du BTP

Afin de permettre aux chantiers à l’arrêt de reprendre dans les meilleures conditions sanitaires possible, l’état et l’OPPBTP (l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) ont mis en place de nombreux outils afin d’aider les professionnels du BTP dans cette reprise compliquée. Au programme, lancement d’une plateforme d’entre-aide, mise à jour d’un guide sur les masques, le lavage des mains et les distances de sécurité, partage de pratique terrain des différents professionnels et création d’un dossier spécial covid-19. En parallèle, l’OPPBTP mène une action de « veille sur le terrain » ce qui consiste à connaitre les initiatives et les innovations qui permettent à tous les professionnels d’avancer ensemble dans le bon sens. Le résultat de toute cette étude commune sera nommé « solutions chantiers » et permettra le partage des informations.

  • L’évolution des logements neufs

Si les chantiers ont repris de façon majoritaire, on note que les promoteurs immobiliers ont désormais du mal à vendre leur stock de programmes neufs. Tout d’abord, on note que les agences commerciales ont dû fermer pendant le confinement, ce qui a obligatoirement éloigné la clientèle même si les promoteurs ont mis en place des visites virtuelles. Le marché est tendu principalement en Ile de France et dans les grandes métropoles. Néanmoins, les prix des programmes immobiliers risquent de baisser attirant ainsi l’attention de nouveaux ménages. Selon Christian de Kérangal Directeur de l’IEIF Institut de l’Épargne Immobilière et Foncière) « Les prix des logements devraient baisser de 5 à 10 % » d’ici à la fin de l’année 2020. Selon lui, le marché immobilier est désormais « soumis à rude épreuve ». Par ailleurs, il faut prendre en compte que les Français sont plongés dans l’incertitude du côté de l’évolution de la pandémie, ce qui les incite à être plus prudents que spontanés.

 

En ce qui concerne l’avenir de l’investissement dans la pierre, Gilles Laumesfelt, gestionnaire de patrimoine à Nîmes et co-fondateur des Arènes du Patrimoine pense que l’immobilier restera toujours une valeur refuge puisqu’il n’est pas soumis à la « volatilité » de nos marchés financiers. Néanmoins, le choix d’investir est désormais plus compliqué à penser et exigera une plus grande expertise du marché immobilier, de son implication et de son avenir

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.