Passion69
Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Lien 23 juin 2020

Mon analyse des conséquences du covid sur l'immobilier

Passion69
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://immobilier.lefigaro.fr/annonces/edito/acheter/j-achete/les-impacts-du-covid-19-sur-les-marches-immobiliers

Merci de prendre cet article avec des pincettes, il n'engage que moi et est le fruit de mes propres recherches. J'ai essayé de sourcer l'article au maximum, bonne lecture.

La crise inédite du covid-19 a mis à mal les chantiers immobiliers, principalement

ceux de l’immobilier neuf. Si la majorité d’entre eux reprennent petit à petit, les conséquences ont été catastrophiques et désormais, les règles sanitaires à respecter tendent à compliquer la situation. Zoom sur l’impact du covid-19 sur l’immobilier neuf.

dd448a2aa7bee7dbc17babc4882592ca_html_57891811.jpg
  • Le secteur de la construction est au ralentit

Après la reprise des chantiers de construction, le constat est inévitable, les logements neufs sont en baisse. Entre le mois de mars 2018 et le mois de mars 2019, 445 700 logements ont été acceptés à la demande de construction. Ce chiffre sur 12 mois est en baisse de 8,2% par rapport à ceux compris entre mars 2017 et mars 2018. Cette baisse des demandes de permis de construire n’est pas entièrement due à la crise du covid-19, puisque ces demandes avaient déjà connu une baisse en février 2020. Selon le SDES (Service de la Donnée et des Études Statiques), « les autorisations de logements individuels sont en baisse (- 7,9 %). Le recul est plus marqué dans l'individuel pur (- 9,6 %) que dans l'individuel groupé (- 3 %) ».

  • L’État met tout en œuvre afin d’accompagner les professionnels du BTP

Afin de permettre aux chantiers à l’arrêt de reprendre dans les meilleures conditions sanitaires possible, l’état et l’OPPBTP (l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) ont mis en place de nombreux outils afin d’aider les professionnels du BTP dans cette reprise compliquée. Au programme, lancement d’une plateforme d’entre-aide, mise à jour d’un guide sur les masques, le lavage des mains et les distances de sécurité, partage de pratique terrain des différents professionnels et création d’un dossier spécial covid-19. En parallèle, l’OPPBTP mène une action de « veille sur le terrain » ce qui consiste à connaitre les initiatives et les innovations qui permettent à tous les professionnels d’avancer ensemble dans le bon sens. Le résultat de toute cette étude commune sera nommé « solutions chantiers » et permettra le partage des informations.

  • L’évolution des logements neufs

Si les chantiers ont repris de façon majoritaire, on note que les promoteurs immobiliers ont désormais du mal à vendre leur stock de programmes neufs. Tout d’abord, on note que les agences commerciales ont dû fermer pendant le confinement, ce qui a obligatoirement éloigné la clientèle même si les promoteurs ont mis en place des visites virtuelles. Le marché est tendu principalement en Ile de France et dans les grandes métropoles. Néanmoins, les prix des programmes immobiliers risquent de baisser attirant ainsi l’attention de nouveaux ménages. Selon Christian de Kérangal Directeur de l’IEIF Institut de l’Épargne Immobilière et Foncière) « Les prix des logements devraient baisser de 5 à 10 % » d’ici à la fin de l’année 2020. Selon lui, le marché immobilier est désormais « soumis à rude épreuve ». Par ailleurs, il faut prendre en compte que les Français sont plongés dans l’incertitude du côté de l’évolution de la pandémie, ce qui les incite à être plus prudents que spontanés.

En ce qui concerne l’avenir de l’investissement dans la pierre, Gilles Laumesfelt, gestionnaire de patrimoine à Nîmes et co-fondateur des Arènes du Patrimoine pense que l’immobilier restera toujours une valeur refuge puisqu’il n’est pas soumis à la « volatilité » de nos marchés financiers. Néanmoins, le choix d’investir est désormais plus compliqué à penser et exigera une plus grande expertise du marché immobilier, de son implication et de son avenir

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire