Passion69
Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Lien 27 juin 2020

L'après Covid 19

Passion69
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.youtube.com/watch?v=GBm6nox61GI

En mars 2020,  Jonathan Sacks, une figure britannique influente, a décrit la catastrophe de COVID-19 comme une crise sans précédant.

A l'époque, je pensais que la comparaison était pertinente. Elle traduisait le sentiment biblique de choc que beaucoup d'entre nous ressentaient face à une crise aussi soudaine, extrême et s'accélérant rapidement. Nous avançons en roue libre depuis plus d'un demi-siècle, a-t-il fait remarquer, et d'un seul coup nous sommes confrontés à la fragilité et à la vulnérabilité de la situation humaine.

Cette crise est alarmante, en partie, parce qu'elle présente plusieurs caractéristiques nouvelles et inconnues. Une urgence médicale mondiale causée par un virus que nous ne comprenons pas encore totalement. Une catastrophe économique auto-infligée comme réponse politique nécessaire pour contenir sa propagation.

Et pourtant, avec le temps, il est également devenu évident qu'une grande partie de ce qui est le plus affligeant dans cette crise n'est pas du tout nouveau. Les variations frappantes des infections et des résultats de COVID-19 semblent refléter les inégalités économiques existantes. Les disparités remarquables entre la valeur sociale de ce que font les "travailleurs clés" et les faibles salaires qu'ils perçoivent résultent de l'incapacité bien connue du marché à évaluer correctement ce qui compte vraiment.

Il fallait s'attendre à ce que la désinformation et la désinformation sur le virus soient heureusement acceptées, compte tenu d'une décennie de populisme croissant et de baisse de confiance dans les experts. Et l'absence d'une réponse internationale correctement coordonnée n'aurait pas dû être une surprise, étant donné la célébration de la politique mondiale de "mon pays d'abord" ces dernières années.

La crise est donc une révélation dans un sens beaucoup plus littéral : elle concentre notre attention collective sur les nombreuses injustices et faiblesses qui existent déjà dans notre façon de vivre ensemble. Si les gens étaient aveugles à ces failles avant, il est difficile de ne pas les voir maintenant.

À quoi ressemblera le monde après COVID-19 ?

Nombre des problèmes auxquels nous serons confrontés au cours de la prochaine décennie seront simplement des versions plus extrêmes de ceux auxquels nous sommes déjà confrontés aujourd'hui. La crise du covid va entraîner de grand nombre de faillite que ce soit en france ou à l'international et cela risque de créer de gros problèmes économiques et risquent de faire croître les inégalités. Effectivement, au cours des dernières années les détenteurs d'un cdi avez un accès relativement simple à des crédits pour investir dans l'immobilier que ce soit pour leur résidence principal ou pour faire de la location. Cela permettait en quelque sorte à la classe moyenne d'obtenir un complément de revenus non négligeable mais à cause du covid les banques risquent d’être plus réticentes à l'idée de proposer des emprunts aux nouveaux acquéreurs car ils pourraient tout à fait être licenciés.  Il est clair que le monde ne sera sensiblement différent cette fois-ci que si, au sortir de cette crise, nous décidons de prendre des mesures pour résoudre ces problèmes et apporter un changement fondamental.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran