Parlons d'eux, aussi : les Mapuche du Chili

 Je vais écrire ce billet à la hâte, pas par indifférence, on s'en doutera en le lisant, mais parce que j'ai été interloquée par un fil qui pourrait donner l'impression de mettre en concurrence deux causes l'une et l'autre essentielles, de fait il s'agit d'une seule cause : la défense de l'humain, la défense d'êtres humains. Et, ici, de très jeunes humains.

Et puis, un internaute a dit ne rien connaître du sort des Mapuche avant cette lecture (ce que je ne lui reproche bien sûr pas) mais je me suis dit qu'un fil qui serait dédié à ces humains serait le bienvenu.

1) Le message auquel je réagis (j'ai signalé les coupures que je me suis permis d'opérer. J'y ai procédé afin d'éviter l'impression de deux combats distincts alors que - pour moi - ils ne font qu'un).

J'attire votre attention [...]: ces enfants qui revendiquent [...] de justes droits sont opprimés par le pouvoir en place. Eux aussi ont du courage. Ils sont en grève de la faim depuis 40 jours.

2) Une pétition à signer pour ceux qui veulent :

http://www.change.org/es/peticiones/al-estado-de-chile-basta-de-represi%C3%B3n-y-ataques-policiales-en-contra-del-pueblo-mapuche

3) Ci-dessous, la traduction du texte de cette pétition :

À l’État chilien : halte à la répression et aux brutalités policières contre le peuple mapuche !

Nous devons exposer la réalité que vit le peuple mapuche et dénoncer les persécutions et les violences qu’il subit de la part de l’État et de la police, à quoi il faut ajouter de constantes violations de domicile et le recours à une force disproportionnée contre des femmes, voire des enfants, ainsi que l’application de la loi antiterroriste contre des agriculteurs mapuches. La présente pétition a pour but de faire connaître le conflit qui oppose les communautés du sud du Chili à l’appareil de l’État, aux oligarchies nationales et aux entreprises multinationales, ainsi que la situation très difficile des prisonniers politiques mapuches, qui observent une grève de la faim dans les prisons d’Angol et de Temuco, dans la XIe région du Chili.
Halte aux violences contre le peuple et les enfants mapuches !


Nous sommes témoins des violences diverses dont sont victimes plusieurs communautés mapuches. Les gendarmes chiliens s’en prennent aux enfants, aux vieillards et aux femmes.
Les prisonniers politiques qui observent une grève de la faim sont Eric Montoya, Paulino Levipán, Rodrigo Montoya et Daniel Levinao.
Nous devons faire connaître leur situation, que la presse chilienne passe sous silence.Nous avons besoin de tout votre soutien, par vos signatures.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.