pataques7
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mars 2021

de l'histoire, des femmes, du présent, des femmes, de l'invisibilité, des femmes

Une recherche personnelle, l'offre d'abonnement à Rétronews, une balade dans les kilomètres d'archives de journaux mises ainsi en ligne par la BNF et le constat implacable et renouvelé que la société française baigne dans un machisme bien ancien.

pataques7
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une recherche personnelle m'a amené à fréquenter le site Rétronews (auquel nous avons un accès offert pendant 3 mois via l'abonnement à Médiapart).

L'objet premier était de récolter des informations sur un grand-père qui avait été journaliste. Le site rétronews, fort bien fait, permet d'accéder à une quantité astronomique d'articles de presse parus depuis 3 siècles. Un moteur de recherche assez fin permet de faire une recherche par mots clés, type de journal, région...

J'ai donc inscrit le nom de ce grand-père en mot-clef et me suis retrouvée avec plus de 600 références. Le site permet une consultation rapide, puisque, chaque fois, le mot-clé recherché est surligné dans la page du journal concerné. Par ce biais, j'ai pu accéder à des informations sur ce grand-père, sur son propre père, sur son oncle, nommément désignés. Des avis de décès, des avis de mariages, principalement permettent ainsi de reconstituer une partie d'une lignée dont j'ignorais tout. Dans ces textes, les figures masculines sont toujours désignées à la fois par leur nom et par leur prénom. Ainsi, un individu trouve son identité restituée. Pour ce qui concerne les femmes (et il y en a nécessairement si l'on parle de lignée....), elles sont systématiquement non prénommées, et désignées en tant que "veuve de" Monsieur, ou "épouse de" Monsieur, ou "fille de" Monsieur. Elles n'apparaissent que derrière leur, mari défunt, ou mari, ou père et si prénom il y a c'est toujours celui de l'homme qui la définit. Une position toujours relative qui n'a pas d'existence en elle-même.

Tout ceci est finalement connu. Et l'on se souvient qu'il n'y a pas si longtemps, la femme mariée n'avait pas accès à un compte bancaire séparé ce qui donnait donc ces formules "Madame prénom-de-l'homme, nom-de-l'homme". C'est en 1965, que les femmes accèdent au droit de pouvoir détenir un compte bancaire personnel et exercer une activité professionnelle sans l'autorisation de leur mari.

Mais en mesurer les conséquences est un chemin sans fin...

Nos années présentes sont le théâtre de mobilisations intenses, de déplacements des lignes qui permettent de (re )mettre en lumière, non seulement les logiques de domination de genre, les phénomènes de violences qui y sont associés mais aussi les parcours, portraits de figures de femmes porteuses de modèles sociaux émancipateurs. Des femmes qui travaillent dans différentes sphères de la société et qui s'y font une place.

Mais le présent est aussi fait des récits du passé. Et les archives ainsi mises en ligne (ce qui en soi est un plus) sont les témoins bien bavards des sociétés du passé installées dans les logiques masculines, de pouvoir, de visibilité, d'existence masculine avec ses pendants de logiques non féminines, d'exclusion du pouvoir, d'invisibilité, de non -existence sociale des femmes.

Il y a quelques années, l'écrivaine irlandaise, Nuala O' Faolain, dans son très beau roman "l'histoire de Chicago May", avait posé ce problème de restituer l'histoire d'une femme, pauvre immigrée irlandaise, à partir de l'absence de documents d'archive. Son livre, passionnant, était la reconstruction à partir de bribes, et du talent de l'autrice. 

Comment parvenir à écrire le récit du passé avec les acquis et outils du présent pour ne pas reproduire les logiques de domination?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat