les gestes barrières et le réel

"promenons-nous dans des collèges et lycées...."

...voir si le covid n'y est pas....

Pour rappel, les gestes barrières à respecter pour éviter la circulation du virus et la contamination de tous par tous: 

porter un masque

garder les distances (1 m minimum)

se laver les mains régulièrement 

 

Que se passe-t-il dans les lycées (et collèges)?

Les cours ont lieu en classe entière dans des salles non aérées et non nettoyées comme elles devraient l'être. Le secondaire fait face à des effectifs par classe de plus de 30 élèves (pouvant dépasser les 35)....ça fait beaucoup de gouttelettes lâchées dans des atmosphères confinées;

Les intercours se déroulent avec des chassés-croisés d'élèves dans tous les sens et pas toujours avec masques (parce qu'il faut bien respirer un peu entre 2 cours!)

les cours d'EPS se déroulent sans masque...

la restauration scolaire se déroule....comme elle peut, des centaines d'élèves en même temps sans masque évidemment pour déjeuner...

A un moment de circulation intense du virus....cela parait ...comment dire, un peu ....à côté de la plaque qu'on avait pourtant pensé avoir bien cernée..

Des élèves ( https://www.leparisien.fr/paris-75/blocus-de-lycees-a-paris-une-quarantaine-d-eleves-verbalises-un-policier-blesse-03-11-2020-8406368.php), des enseignants, des parents d'élèves demandent l'adaptation des conditions d'enseignement pour permettre le respect effectif des gestes barrières et principalement celui du respect de la distance physique.

 

Quelle est la réponse du ministère? NON?

sur quelle base? sur quelle légitimité (pas la légitimité scientifique en tout cas).

On a bien compris (et les demandes du gouvernement de faire voter l'état d'urgence jusqu'à février le prouvent) qu'on en avait pour un bon moment! on a bien compris aussi que le confinement strict avec fermeture des établissements scolaires était une des pires solutions..Alors pourquoi ne pas adapter et réduire les effectifs en organisant des demi-groupes, en faisant confiance aux communautés scolaires pour trouver les organisations adéquates et les meilleures possibles compte tenu de toutes ces contraintes?

Faudra-t-il acter en justice contre le ministre de l'éducation pour mise en danger d'autrui? mais il sera alors déjà trop tard.

Le gouvernement et nous tous aurions tant à gagner à perdre ce positionnement vertical où tout tombe d'en haut et surtout l'aveuglement aux demandes légitimes et ancrées dans le réel des "gens"....

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.