Ses mots à elle, des gilets jaunes

des paroles de Lolita Pille, sur les gilets jaunes; si bien dits lors de l'émission d'A. Trapenard sur France inter, Boomerang, ce mercredi 8 mai. C 'est une retranscription fidèle (à la ponctuation près, c'est à l'oreille) de ce qu'elle a dit ce matin à la radio

"de jaune et de noir

Qui es-tu bourgeoise, pour dire, "je suis avec les gilets jaunes"? Depuis que tu as entendu, dans le ciel de Paris, exploser des grenades, qu'est-ce qui te retient entre tes murs, hantée par une manif que tu ne rejoins pas? Ton père à Brest possède 2 gilets jaunes, il est motard, il s'en revêt pour être visible la nuit, pour qu'on ne l'écrase pas. Tu pourrais emprunter un gilet à ton père. Depuis 25 semaines, tu comptes les yeux crevés et tu luttes contre la persuasion du pouvoir, la transmutation rhétorique des opprimés en "agresseurs", des révoltés en "foule haineuse". Le gouvernement occulte son saccage feutré de services publics, que la rue manifeste, matérialise. Les écoles fermées répercutent des tourbillons de verre sur les Champs Elysées, les milliards immolés à des centrales nucléaires fantômes alors que la (.....) lance des flammes brûlantes sur les boulevards. La police, qui a ordre de bloquer et de gazer les manifestants, qualifie "d'armes par destination" des fauteuils roulants pour justifier des gardes à vue et des coups sur la gueule. C 'est le serment de Castaner. Plus qu'une entourloupe, c'est une vision du monde. Nietszche a décrit cette morale du fort à laquelle s'oppose une morale de pitié, introduite dans l'humanité par le judaïsme et le christianisme. Les aides-soignantes ne refusent pas leur soins aux CRS blessés. On se souviendra qu'en 2019 les rues étaient jaunes toute la semaine, car ceux qui les réparent le lundi portent aussi un gilet jaune. Devenu un insigne d'action, nous croisons ces porteurs avec un respect neuf. Je n'ai pas marché avec eux. Je n'ai rien donné. Au contraire, j'ai reçu; Une odeur de liberté retrouvée dans le soir de Paris sur les pub nihilistes des mots tagués de révolte et d'amour. Voilà pourquoi je soutiens les gilets jaunes."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.