D'une souche

Tant de raisons d'aller voir Petite maman de Céline Sciamma...

Parmi celles-ci,

D'abord la joie réelle de se retrouver dans une salle obscure, devant un grand écran, avec quelques autres spectateurs  découvrant les bandes-annonces des prochaines sorties et ressentant les envies, les rejets, l'indifférence qu'elles suscitent.

Très peu de publicité en cette séance d'après midi, ça aussi c'est bon.

Le film commence, objet original par son format (1h et quelques minutes ), son propos, ses actrices, son regard. 

C'est devenu rare de se permettre d' échapper aux standards du 90mn ou plus.

Du réel, Céline Sciamma nous entraîne dans le monde de l"enfance et de son entièreté, de sa lucidité, de ses émerveillements.

On plonge avec Marion et Nelly dans leurs aventures enfantines et leur regard si lucide sur la vie. 

Cette rencontre de 2 gamines où passé, présent et futur sont rejoués avec l'intensité propre à l'enfance.

On frémit du vent qui souffle dans les bois, terrain de jeu des enfants, on cherche à décrypter les ombres projetées de la nuit, on s'enthousiasme de cette virée sur l' eau, l aventure en grand.

Chaque scène méle des registres pluriels d'emotions. De la peur à la joie, de la tristesse à l'allégresse, les frontières entre ces mondes émotionnels sont franchies si facilement quand on est dans l'enfance.

Petite maman est un beau film, sensible touchant intéressant,  le monde vu des enfants,  ça vaut sacrément le coup !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.