pouvoir social et empathie, relation inverse

Lu dans La Republicca (Uruguay)

Une étude montre la proportion inverse entre le pouvoir social et l'empathie.

Les psychologues montrent que le niveau de revenu est inversement proportionnel à la solidarité sociale. Basé sur le matériel documentaire solides et vérifiables , le psychologue américain Daniel Goleman a indiqué que la situation et le pouvoir sociaux sont des facteurs essentiels qui influent sur les comportements sociaux.

Une expérience dans ce domaine, réalisée par des spécialistes en psychologie sociale de l'Université d'Amsterdam et de l'Université de Californie révèle la relation inverse entre le pouvoir social et l'empathie : les participants à l’expérience qui avaient le moins de revenus, prêtaient plus attention et intérêt aux problèmes des autres, tandis que les « riches» se caractérisaient par l'indifférence et le manque de compassion pour leur prochain .

Goleman suggère que les psychologues ont une explication de ce comportement : alors que les riches peuvent mobiliser de l'aide , les personnes ayant peu de ressources matérielles sont plus susceptibles de valoriser leurs actions sociales . " Cela a des implications profondes pour le comportement de la société et les politiques publiques. S’intéresser aux besoins et aux sentiments des autres est une condition préalable à l'empathie, qui peut elle-même conduire à la compréhension , la préoccupation et , si les circonstances l'exigent, l' action juste et compatissante », dit le psychologue.

Goleman explique que l'accroissement des inégalités et l'approfondissement de la distance sociale sont les motifs de base du «déficit d'empathie », ce qui peut conduire à «l’atomisation» de la société, tandis que dans le monde contemporain , toujours plus inégal , «réduire le fossé économique peut être impossible sans combler cet écart d'empathie », explique l'expert.

Cité dans La Republicca, Uruguay

http://www.republica.com.uy/cuanto-mas-rico-menos-solidario/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.