liberté égalité fraternité dignité!

Une contribution aux débats : le film les invisibles de Louis Julien Petit avec Audrey Lamy, Corinne Masiero et plein d'autres actrices formidables


Il faut voir ce film parce qu il parle (bien) des femmes du courage de la politique et de bien d'autres choses et qu il est plein d humour.
On.rit on.pleure on est à fond!


Il nous parle
De l administration qui, au lieu de servir ses administrés ordonne des expulsions au tout petit matin
Des prises en charge sans aucun sens : un accueil de jour qui a interdiction d accueillir la nuit. Un accueil de nuit qui met dehors la journée.
Des femmes; à la rue; invisibles, cassées par des passés, qu'on enferme dans des traumatismes par la nécessité quotidienne qui leur est imposée de ne penser qu à justifier le versement d un minima social, à se chercher un accueil de nuit chaque fois à redemander, à se chercher la place pour une douche, pour des vêtements propres. Leur quotidien n'est rempli que de ces quêtes essentielles sans cesse à recommencer.
Des travailleurs sociaux qui font un boulot infaisable. Insensé. Devoir appeler chaque jour pour un accueil introuvable. Ne pouvoir accompagner la personne pas plus loin que le portail de l'accueil de jour.
Des fonds publics dépensés en mobilisation des compagnies de flics qui sous le regard de l'huissier délogent des sans logis de leur tentes montées sur des terrains vagues abandonnés.
De l'aveuglement des décideurs qui parlent et n'écoutent pas
Et.....
Du collectif et de sa capacité créatrice;
Ces femmes vont retrouver trace de leur passé
De ce qu elles ont été
Elles vont faire ensemble
Elles vont parler
Elles vont dire leurs rages et leurs tristesses
Elles vont participer à un projet éphémère et recyclé
Elles vont retrouver leur dignité; la dignité

Et les regards vont s'allumer, les corps se redresser et la certitude que d'autres chemins sont possibles va saisir les spectateurs;

Liberté égalité fraternité dignité!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.