Pardon de Eve Ensler

Vient de paraître, le livre d'Eve Ensler, Pardon (Denoël, 2020). un livre terrible mais essentiel;

Eve Ensler écrit la lettre que son père aurait dû lui écrire pour lui demander pardon.

Cette demande passe par la reconnaissance du mal fait. Il prend toutes les formes les plus inimaginables et l'on comprend bien que la mise en récit de ces actes criminels (violences sexuelles, physiques et psychologiques) est la condition nécessaire de reconnaissance de ce qui a été pour que le pardon puisse être demandé. C'est terrifiant mais ça a été, cela doit donc être énoncé.

Eve Ensler imagine cette lettre que son père n'a jamais écrite car "c 'est notre imagination qui nous permet de franchir les limites, d'approfondir le récit et d'inventer des issues nouvelles". Pour pouvoir se libérer de ces violences et de cette oppression terrible dont elle a été victime. "Au travers de cette lettre, j'entends essayer de doter mon père de la volonté et des mots du repentir, de façon que je puisse enfin être libre".

A la lecture, on ne peut qu'être saisi par l'énergie, la force de vie, la capacité extraordinaire d'élaboration de l'indicible qu'il a fallu mobiliser. Cette capacité d'énonciation n'est pas une dénonciation; elle est bien au delà et permet d'envisager un chemin de vie.

Le livre se termine sur cette double dédicace :

"Pour tous les milliers de femmes....qui avez généreusement partagé vos histoires ...me poussant à continuer de me battre jusqu'à ce que nos filles soient égales, libres et en sécurité.

Pour vous, tous les hommes qui avez fait du mal à des femmes, que ce livre vous motive à faire votre propre examen de conscience en profondeur, à reconnaitre vos méfaits, et à présenter vos excuses et demander pardon de façon que nous puissions enfin transformer cette violence et y mettre fin".

C'est sans doute grâce à cette "puissance" acquise (Eve Ensler rend hommage à ses "soeurs du Bukavu" qui lui ont appris comment "transformer la douleur en puissance"), que ce livre peut être aujourd'hui, écrit, et publié. Il doit maintenant être lu et partagé.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.