patchanka
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2020

PPL Actus, un blog au cœur des paroles populaires lycéennes de LP

Rendre visible des points de vue et des paroles d’élèves de lycée professionnel, trop souvent tus, à travers une sélection de près de 300 articles publiés dans trois journaux lycéens depuis 2010, telle est la raison d’être de ce blog qui vient de voir le jour cette semaine. « Un support qui offre une rare liberté d’expression » selon La Croix.

patchanka
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi ce blog ? Pourquoi mettre en ligne une sélection imposante d’articles parus dans trois journaux lycéens depuis le premier numéro de Bal’actu en 2010 ? Pourquoi réaliser des journaux lycéens en lycée professionnel ?

Souvent fâchés tant avec l’écrit qu’avec l’institution scolaire, nos élèves de lycée professionnel généralement confrontés à d’importantes difficultés ont cependant et évidemment des choses à dire, à partager pour qui veut bien les entendre. Il nous apparaissait alors incongru en 2010 avec Olivier Menouna, assistant d’éducation, que la parole et les points de vue de nos élèves trop souvent invisibilisés et peu audibles ne puissent pas s’exprimer librement dans un cadre moins normatif que l’écrit scolaire attendu traditionnellement dans les salles de cours à travers les programmes.

L’implication de nos élèves de LP dans les journaux lycéens

Au total, ce sont 17 numéros denses qui ont été publiés entre 2010 et 2020 grâce à l’implication des élèves de trois lycées professionnels : 8 numéros de Bal’actu entre 2010 à 2013 au LP Daniel Balavoine de Bois-Colombes (Hauts-de-Seine), un unique numéro en 2014 mais interdit de diffusion dans l’établissement, de PSJournal au lycée polyvalent du Parc Saint-Jean à Toulon (Var) et 8 numéros de PPL Actus depuis 2015 au LP Painlevé de Courbevoie (Hauts-de-Seine), troisième journal lycéen créé à la suite d’une idée de la professeur documentaliste Laura Friquet qui désirait relancer cette aventure. Le nom du blog reprend donc les trois lettres du mathématicien et homme politique Paul Painlevé, mais avec une autre signification cette fois, PPL comme Paroles Populaires lycéennes afin d’englober les trois journaux lycéens de LP ainsi réalisés.

« PPL Actus, un support qui offre une rare liberté d’expression » (La Croix)

De nombreux numéros ont obtenu des prix à différents concours du Clemi et des médias nationaux ont repris des articles de nos élèves dans leurs colonnes, La Croix saluant même le 10 mars 2020 « une rare liberté d’expression » dans un article en une de son cahier « parents et enfants » consacré à PPL Actus.

Il va d’ailleurs sans dire que la liberté d’expression de ce support ne signifie pas approbation des propos exprimés par nos élèves. Nous nous efforçons alors sur des sujets parfois sensibles ou brûlants comme les blocus du lycée ou le rapport à la police d’aller chercher ou de faire émerger la parole opposée afin de refléter la diversité des regards portés par cette jeunesse. Nous n’y parvenons pas toujours.

Capture écran de la page d'accueil du blog PPL Actus

Un langage souvent fleuri

De même, si le langage fleuri a pu heurter des membres de la communauté éducative, nous avons au contraire choisi, dès le premier numéro de Bal’actu, de donner à voir la langue de la cité à travers ce lexique de la street constamment enrichi de nouveaux mots. Car l’argot, selon un « travail obscur qui ne s’arrête jamais, […] fait plus de chemin en dix ans que la langue en dix siècles » (Victor Hugo).

Des articles de témoignage

Toutefois, cette relative reconnaissance ne doit pas faire oublier l’une des principales faiblesses de ces trois journaux lycéens en lycée professionnel : les articles sont dans leur grande majorité des articles de témoignage et de prise de position personnelle. Trop rares sont les interviews (ici ou ) et plus encore les reportages de terrain (par exemple ici). De même, le chemin est long pour arriver un jour à fonctionner comme une vraie rédaction de journalistes définissant ses sujets, avec ses angles, en conférence de rédaction. Amateurs, il nous reste donc beaucoup à faire pour progresser dans ce sens.

Des articles parfois drôles, parfois tragiques, mais le plus souvent émouvants

Mais notre principale difficulté, faut-il le rappeler encore une fois, réside d’abord et avant tout dans le simple fait de susciter le désir d’écrire chez nos élèves de lycée professionnel. Comment trouver l’élément déclencheur d’écriture ? À l’inverse, à notre plus grande satisfaction, certains élèves complètement décrocheurs se sont complètement épanouis à travers ce moyen d’expression en multipliant les articles. Parfois drôles, parfois tragiques, mais le plus souvent émouvants sur toutes les thématiques possibles : rapports sociaux de sexe/genre, de classe, de race, de générations, vie lycéenne, stage, travail, styles et textiles, sports, plein écran, poésie… Des sujets donc difficiles sur les migrants, les violences ou la prostitution des lycéennes, mais aussi légers, drôles ou tendres.

« Faire un journal, c’est un plaisir ! »

Ce blog commencé en 2018, mais alimenté essentiellement pendant le confinement, se veut donc en plus de l’aspect mémoriel des paroles populaires lycéennes un vecteur avec de nouvelles potentialités pour redynamiser élèves et enseignants dans PPL Actus car nous n’oublions pas, comme l’écrivait Samir, que « faire un journal, c’est un plaisir ! ».

Un plaisir collectif partagé par tous nos élèves journalistes et l’ensemble de la communauté éducative : assistants d’éducation (lire ici), personnels d’entretien (voir ici), secrétaire de direction, gestionnaire, documentalistes, intervenants extérieurs (ici ou ), et bien sûr enseignants qui tous participent à un moment ou un autre à rendre possible la réalisation de PPL Actus. Nous les remercions vivement.

Bonne lecture et laissez-vous « emporter dans l’inconnu » pour reprendre l’expression d’un(e) élève membre du jury du concours Mediatiks 2018 !

Guillaume Bordet, enseignant de lettres-histoire au LP Paul Painlevé de Courbevoie (92)

PS : Ce billet reprend le texte de présentation du blog PPL Actus.

nota bene :

  • Des fautes d’orthographe et coquilles émaillent encore certains articles. Nous nous excusons auprès des lecteurs pointilleux pour ce désagrément.
  • La plupart des visuels des articles du blog sont libres de droit. Nous nous engageons à retirer aussitôt les illustrations dont nous ne possédons pas les droits sur la demande des ayants droit. N’hésitez pas à nous contacter.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart