La croisière de Nicolas Sarkozy sur le yacht de Bolloré revisitée.

La croisière de Nicolas Sarkozy au large de Malte sur le yacht de Vincent Bolloré, quelques jours avant son investiture officielle en mai 2007. Revisitée sous la forme poétique et humoristique du sonnet classique. Original !

 Lien à visiter :     Qui a dit que la politique ne rimait à rien ?    

   https://lisons-la-politique-autrement.blogspot.com/

 Contact :

   laplumecitoyenne@gmail.com

Attention : le sonnet proprement dit se trouve juste après le texte de présentation !

                                                                                                                                                                   7 au 9 Mai 2007

Quelques semaines avant l’élection présidentielle, lorsque déjà il pressentait qu’il ne pouvait plus perdre, Nicolas Sarkozy avait éprouvé le besoin d’apparaître aux yeux des Français comme plus posé, plus réfléchi, empreint de la gravité de la fonction qu’il ne doutait guère d’exercer sous peu. A cet effet il n’avait d’ailleurs pas hésité d’annoncer son intention de faire, avant l’investiture officielle, une « retraite pour habiter la fonction, prendre la mesure de la gravité des charges qui pèseront désormais sur mes épaules ».

Connaissant l’impulsivité et l’activisme, voire le bougisme constant du personnage, ce genre de déclaration avait certes un peu surpris. Mais l’engagement avait été pris publiquement et l’on n’imaginait guère, qu’une fois élu, il puisse être renié. Du reste il avait même été évoqué une retraite dans un monastère que certains journalistes tentaient déjà de deviner.

 Or, dès le lendemain de l’élection, il apparut que la dite retraite s’effectuerait, durant trois jours, au large de l’île de Malte sur le « Paloma » un confortable yacht mis à disposition par le milliardaire Vincent Bolloré. A priori pas l’endroit idéal pour bien s’imprégner de la lourde charge à venir ! Il est vrai que, pour un homme dont l’épouse était déjà presque en totale rupture et proche du divorce, ce genre de croisière offrait sans doute plus de chances de la retenir quelque peu.

 Mais l’aspect « nouveau riche » de l’affaire heurta beaucoup une opinion publique souvent en proie aux multiples problèmes d’une existence difficile. Argument balayé par des proches de l’intéressé faisant remarquer qu’il n’y avait pas lieu de s’indigner puisque, tout cela étant offert au presque Président, cela ne coûtait pas un sou aux finances publiques.

Sans même remarquer que cela pointait le curseur sur le fait, peut-être plus regrettable encore, que le futur maître du pays risquait fort de se trouver comme redevable, d’une manière ou d’une autre, de celui lui ayant prodigué une sorte de cadeau.

 

               CURIEUX MONASTÈRE

 

        Il avait fait entendre que sitôt l’élection

        Il se retirerait en certain monastère

        Pour, quelques jours durant, dans un décor austère

        Pouvoir bien s’imprégner de ses futures fonctions.

 

        Or telle soif monacale très vite fit défection

        Et le lieu de retraite, par un curieux mystère,

        Devint grand yacht croisant, pas même Finistère,

        Tout au large de Malte avec ostentation.

 

        Cela collait bien mieux au futur président

        Qu’on imaginait mal en humble résident

        Aux journées simplement de pensées colorées.

 

        Si le droit aux vacances est certes recevable,

        Quand elles se trouvent offertes par Monsieur Bolloré,

        Ne s’expose-t-on pas à sembler redevable ?

      


Nous nous retrouverons le 20 Septembre pour revisiter, toujours avec humour et poésie, quelques péripéties du 15 Mai 2012, jour de l'investiture officielle de François Hollande.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.