Patou Philippe
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mars 2015

Patou Philippe
Abonné·e de Mediapart

Le 6 mai ou le FN

Patou Philippe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelque chose qui ne colle pas dans les propos de Manuel Valls depuis quelques semaines s'agissant de la lutte contre le FN. Non dans ceux qui démontrent sa volonté sincère de combattre le FN , mais dans ceux qui désignent les potentiels responsables de sa montée. Car enfin qui est visé dans ce qu'il appelle "l'endormissement généralisé"? De qui parle t-il quand il craint que son pays ne se fracasse sur le FN? De nous, des gens, des électeurs qui n'iraient pas voté ou qui voteraient pour le FN? Au même moment, dans un certain nombre de journaux, sont relatées les discussions qui se tiendraient en ce moment en vue d'un remaniement ministériel après les élections départementales et nous y comprenons que le Premier Ministre veut bien de tout le monde en signe de rassemblement mais hors de question de changer de politique. Il le dit et le répète à l'envi. Je passe, car cela a déjà été beaucoup dit, sur le fait que ce rassemblement de la gauche s'est précisément brisé sur la politique gouvernementale ( celle d'Ayrault hier, comme celle de Valls aujourd'hui) et qu'on ne voit pas comment ce qui brise hier et aujourd'hui pourrait rassembler demain. C'est si vrai d'ailleurs que même la menace agitée, pourtant désormais bien réelle, d'un FN aux portes du pouvoir n'y fait  rien.  Et les électeurs de gauche sont au même point que leurs représentants: ou il y a une meilleure politique ,disent-ils en substance, ou on ne vote pas pour vous. Ou vous nous entendez et agissez en conséquence ou on ne vous entendra plus non plus. Voilà le choix que ( se)  laissent désormais  les Français. Triste et terrible choix. Face à ce choix, le premier ministre devrait réfléchir à la part de responsabilité ( je ne dis pas toute) de la politique qu'il conduit à la suite de celle menée par JM Ayrault. Car enfin, si les deux hommes différent par leur caractère ou leur tempérament, la question qui est posée lors d'un vote ( à la différence des sondages)  n'est pas le caractère que vous préférez mais bien la politique que vous choississez. Je pense, pour ma part, que cette politique est la même, à contre courant des engagements de François Hollande lors de la campagne présidentielle. La seule différence est sans doute qu'elle est mieux assumée par Manuel Valls qu'elle ne l'était pas JM Ayrault. Mais elle est identique. Non les Français ne sont pas endormis, ils s'abstiennent. Oui les Français sont mécontents et le font ( mal) savoir! Oui les Français prennent des risques immenses et cela doit leur être répété. Mais il est impossible de dire dans le même temps : il y a un danger immense et/mais je ne changerais pas de politique! Manuel Valls a raison d'exhorter les Français à se réveiller mais il doit enclencher la sonnerie du réveil. Les incantations de langage n'y suffiront pas. La confiance des français doit être retrouvée là où elle a été laissée pour compte le 6 mai. A défaut, oui le risque est grand que les Français prennent leurs responsabilités, leurs terribles responsabilités: la vengeance par le vote ou l'abstention. Celle qui légitime devant l'histoire le bon droit de ceux qui se pensent  les victimes ( réelles ou supposées) d'un système en crise et leur donnent le sentiment de contrecarrer leurs souffrances. De la même manière qu'il ne peut se contenter de parler à quelqu'un qui souffre ( même si c'est important), le médecin doit agir, soulager puis guérir.  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Violences sexuelles : ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française