Patou Philippe
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2015

Patou Philippe
Abonné·e de Mediapart

l'Alternative, c'est maintenant!

Patou Philippe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tirer les leçons du scrutin, analyser puis s'alarmer des résultats, trouver les responsables de l'échec et pour finir demander, réclamer, hurler même un changement de politique. Tout le monde connaît ça par coeur. Rien n'y fera. François Hollande a déjà changer trois fois de politique en deux ans: celle de la campagne, celle d'avant les municipales, celle d'après les municipales. Qui s'imagine qu'il en changera une 4ème fois? Il ira jusqu'au bout. Il a dit et répété. Il sait qu'elle n'a rien à voir avec celle proposée lors de sa campagne. Il n'est pas autiste tout de même! On entend ce matin les coups de gueule, les inquiètudes et les alarmes des responsables politiques. François Hollande auraient pu les écrire avant et les attribuer à chacun et nom par nom. J'aurais pu le faire moi, alors François Hollande, pensez... Tout ceci est prévisible pour qui observe le monde politique, et la dramatisation médiatique et politique ne change rien. François Hollande, comme d'autres avant lui, pense que la France est culturellement de droite.Les résultats viennent de le prouver, comme hier celui des élections municipales. Sa politique colle alors à la culture politique du pays. En campagne présidentielle, c'est pas pareil: il faut coller à la culture politique d'un camp, et en l'occurrence pour lui, celui de la gauche. A la Présidence de la République, il colle à ce qu'il croit être majoritairement partagé. C'est donc la raison pour laquelle, il dit et il répète qu'il ne changera pas de politique puisque c'est celle que veut le pays. Bein oui...sinon le pays voterait à gauche. C'est logique! La preuve: quand le Parti socialiste perd toutes les élections et cela devient, du coup,  un peu compliqué de faire une politique de gauche ou juste un peu plus à gauche. Les urnes n'ont pas validées cette demande là. Faire parler l'abstention n'y change rien. Se pose alors une question: comment redevenir le candidat de la gauche après avoir été le Président d'une France de droite? Surtout pourquoi choisir un candidat de gauche puisque la France de droite aura son candidat? Et c'est ici que se pose à nouveau la question de l'alternative. Difficile à trouver me dit-on. Cette alternative existe pourtant, on la sent ici ou là et elle a bel et bien cesser de n'être  une théorie philosophique. Elle agit. Médecine alternative, agriculture alternative, banques alternatives, monnaies alternatives, économies alternatives, développement urbain alternatif, journaux alternatifs, logiciels alternatifs, lieux alternatifs... La société française s'emplit de projets et de réalisations alternatifs, mais aucun parti politique ne les relayent. Cette France là n'existe pas pour eux. Cette France dynamique et inventive, à l'oeuvre pour dessiner le 21ème siècle ne trouve aucun débouché politique. Elle aussi s'abstient. Il n'y a pas que ceux qui souffrent qui se taisent, ceux qui inventent aussi. Cette France n'est ni de gauche , ni de droite, elle est Autre et elle fait autrement. C'est bien là que se joue, avec une nouvelle génération,  l'essentiel de la politique de demain.    

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Une Iranienne fuit la répression, elle est menacée d’expulsion
Début novembre, une exilée iranienne s’est vu notifier une obligation de quitter le territoire français et a été placée en rétention à Toulouse, alors qu’elle avait fui la répression. Le préfet de l’Aude assume sa décision. Le ministère de l’intérieur le contredit.
par Nejma Brahim
Journal
Iran : un pays en révolte
Le décès de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée le 13 septembre 2022 à Téhéran au motif qu’elle ne respectait pas le code vestimentaire en vigueur, a embrasé tout le pays, où 80 villes ont été saisies par la révolte. Sous la férule du président Ebrahim Raïssi, à la tête de la République islamique depuis juin 2021, la répression est impitoyable.
par La rédaction de Mediapart
Journal
La COP biodiversité tentée par la marchandisation des écosystèmes
À la COP15 de la biodiversité de Montréal, qui s’ouvre le 7 décembre, les Nations unies pourraient promouvoir un mécanisme global de compensation des atteintes à la biodiversité par leur marchandisation. Un mécanisme illusoire et dangereux.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop