Patrice nice
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 sept. 2021

Enième lettre ouverte à Emmanuel Macron sur les #NousSommesLes300000

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

Patrice nice
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le Président

Je vous fais une lettre.....

Depuis presque 1  an nous sommes nombreux à vous interpeller au sujet des SDF par divers moyens médiatiques....

Nos lettres et appels auprès de vos services ou auprès des services concernés restent lettres mortes..

Vous déclarez à tout bout de chant que la lutte conte la pauvreté et la précarité devait etre une priorité...

Ou est passée cette priorité?

A la poubelle, aux oubliettes ,dans les égouts politiques?

Rien n est fait ou si peu.....

1 milliard 800 millions furent versés...aux associations caritatives....Certes elles en avaient besoin, mais les concernés eux l étaient et le sont aussi...

300 euros par personne furent versés en 2 ans....300 euros ..une misère, des miettes ,de la poussière...

Depuis novembre 2020 RIEN  ne fut versé en supplement de la part de vos ministères concernés....

Pourquoi? on se le demande...

Par contre verser aux entreprises du CAC 40  des milliards et à d autres des facilités furent acquis....

ILS SONT PLUS DE 300000 SDF MR LE PRESIDENT.....ET PLUS DE 10 MILLIONS DE PAUVRES.....

Vous les laissez au bord du chemin social.....Votre ministre de logement Mme Wargon déclarait qu' aucune expulsion ne se ferait sans solution de relogement préalable.....Promesse non tenue ..comme beaucoup d autres de votre part ou de la part des ministères

Ah les effets de manche votre gouvernement et vous même savez très bien faire...Mais quand il s agit comme je vous l ai demandé de recevoir quelque SDF à l Elysée ou dans un ministère il n y a plus personne.....

Des locaux municipaux ou appartenant à l état sont disponibles et vides mais visiblement les réquisitions ne sont pas à l ordre du jour....

Certes c est une mesure lourde à mettre en place mais pourquoi les SDF n auraient ils pas le droit comme le dit la constitution à un bien être?

Pourquoi?...le mépris ? le Jemenfoutisme? une certaine discrimination?....

Chaque citoyen et citoyenne  nait libre et égal(e) en droit dit la constitution...Or concernant les SDF cet article de la constitution n est pas respecté...

Faudra t il aller en justice pour que ce dernier soit respecté? Peut être ..sans doute

Je ne cherche pas à faire quelque buzz que ce soit ,je veux juste lancer une alerte car depuis 4 ans les choses se dégradent et les politiques et gouvernements successifs N EN ONT STRICTEMENT RIEN A FAIRE DES SDF.....

N oubliez pas que ce sont aussi des électeurs ces SDF et ces pauvres.....

Vous êtes capable ,Mr LE Président de faire des Grenelle sur tous les sujets alors FAITES EN UN SUR LES SDF !!!!

Patrice Nice Journaliste indépendant

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin