Nous, les invisibles de la société, demandons à être reçus

« Plus une personne dehors avant la fin de l'année »... La réalité : 9000 places d'hébergement en plus pour 300 000 personnes : pas même une goutte d'eau dans un océan de misère. Nous voulons, nous SDF sans abris, être reçus par vos ministres ou par vous-même pour trouver des solutions pérennes et non pas des solutions de secours qui, dès le printemps, nous remettent à la marge. Ces solutions existent. Encore faudrait-il vouloir les mettre en oeuvre... 

Monsieur le Président....

En 2017, une phrase que vous avez prononcé est restée dans la tête de nombre de citoyens.

«Plus une personne dehors avant la fin de l'année». 

Ou en est-on à l'instant T? Je pose la question. 

Nous, SDF, sans abris, invisibles de la société, le restons.

Le nombre de SDF a doublé depuis 10 ans. Nous sommes désormais les #NousSommesLes300000.

Vous avez reçu à maintes fois les associations qui nous aident jour après jour, vous avez reçu les politiques qui veulent parler du sujet... Mais jamais vous n'avez eu le courage de nous recevoir, nous les concernés. Jamais un président de la République n'a reçu un SDF à l'Elysée.

Nous sommes des citoyens à part entière, nous votons, nous payons des taxes et pour certains d'entre nous qui travaillons, mais qui n'avons pas assez pour louer un logement et qui vivons soit dans un fourgon, soit dans une voiture, nous payons des impôts...

Nous sommes invisibles aux yeux de nombre de gens. Soit par choix, soit par obligation. Mais bien souvent, à cause de la cécité sociale des politiques, des gouvernements mais aussi de la part d'autres citoyens. 

Nous sommes rejetés comme de vieilles chaussettes usagées parce que nous vivons dans une marge que, bien souvent, nous n'avons pas choisi mais que nous subissons. 

Les médias nous ignorent, ne nous donnent que rarement la parole. Au début de chaque hiver, on nous ressort ce sempiternel marronnier qui consiste à ne parler de nous qu'au moment le plus froid de l'année. 

Mais Monsieur le Président, les SDF, c'est toute l année qu'ils existent. 

9000 places d'hébergement en plus pour 300000 personnes : pas même une goutte d'eau dans un océan de misère. 

140000 logements sociaux vides, 3 millions de logements privés libres...

Alors pourquoi ne pas nous les attribuer? Là est la question. 

Nous voulons, nous SDF sans abris, être reçus par vos ministres ou par vous-même pour trouver des solutions pérennes et non pas des solutions de secours qui, dès le printemps, nous remettent à la marge. Ces solutions existent. Encore faudrait-il vouloir les mettre en oeuvre... 

Recevez-nous, Monsieur le Président. Ne nous laissez pas au bord du chemin. Nous sommes des citoyens à part entière et une voulons plus être considérés comme des citoyens à part.

Patrice Nice, journaliste indépendant et SDF

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.