Métropole du Grand Paris: aidons les gens à appliquer la ZFE

Il est mon devoir de maire d’informer les habitant-es des évolutions qui vont s’imposer à eux dans une prochaine période en matière de voiture.

 

Chacun se rappelle qu’il y a 1 ans nous avions, à Gennevilliers, contrairement à de nombreuses villes, organisé des débats publics et une consultation sur la ZFE, Zone à faibles émissions, qui vise à lutter contre la pollution en interdisant les véhicules sur la base de Crit’Air de 1 à 5.

Il ressortait des réunions dans les quartiers, de la consultation et du vote de l’assemblée des habitants, une volonté largement majoritaire que ne soit pas pris d’arrêté municipal à Gennevilliers de mise en œuvre de la ZFE, considérant que les conditions de mise en œuvre sont socialement inacceptables. Peu de personne à Gennevilliers, et malgré les aides, ne pouvant assumer financièrement le renouvellement de son véhicule d’ici le 1er juillet 2019. Nous n’avons donc pas pris d’arrêté municipal ZFE à Gennevilliers.

Cependant, les habitants comme la ville de Gennevilliers considèrent qu’il faut agir efficacement et socialement contre la pollution dans la Métropole. Il s’agit d’une urgence sanitaire sérieuse au regard du nombre de morts annuel dû à la pollution. Nous partageons la nécessité politique de changer nos modes de consommation comme nos modes de transport. Nous avons fait des propositions d’augmentation des aides pour les changements de véhicule, des évolutions ont eu lieu mais insuffisante, aucune mesure d’urgence n’a été prise en matière de transport en commun.

Deux éléments nouveaux importants :

  • Le Gouvernement accélère sur le dossier des zones à faibles émissions (ZFE). Un décret vient d’être signé pour rendre obligatoire la mise en place du dispositif notamment sur le périmètre de la MGP à compter du 1er janvier 2021. Ce n’est plus Gennevilliers qui peut décider, la ZFE va s’appliquer ici aussi qu’on le veuille ou non !
  • De plus, à partir de la fin de l’année 2021, la Métropole va mettre en place un système de caméras sur les axes routiers permettant de scanner les plaques d’immatriculation pour faire appliquer la ZFE en verbalisant les véhicules qui ne respectent pas les bons critères.

 Je rappelle le calendrier de mise en œuvre de la ZFE sur notre métropole et donc à Gennevilliers :

 

  • Janvier 2021 interdiction des véhicules non classés, Crit’Air 5 et Crit’Air 4.
  • Juillet 2022 interdiction des véhicules non classés, Crit’Air 5, Crit’Air 4 et Crit’Air 3.
  • Janvier 2024 interdiction des véhicules non classés, Crit’Air 5, Crit’Air 4 et Crit’Air 3 et Crit’Air 2.
  • 2030 : 100% des véhicules propres.

 

Il y a effectivement urgence de lutter contre la pollution de l’air. C’est une urgence pour le climat, c’est une urgence sanitaire car plus de 6 600 personnes décèdent de manière prématurée chaque année de cette pollution. Cette urgence doit s’accompagner de réponses sociales urgentes sinon la réponse écologique que je soutiens, deviendra une réponse antisociale insoutenable !

 

Je pense à toutes les personnes qui font ces métiers qui ont été remarqués comme utiles, comme indispensables, pendant le confinement. Je pense aux infirmiers, aux cantonniers, aux agents qui désinfectent et nettoient les locaux, … A toutes celles et ceux qui ont été obligés de prendre leur voiture polluante pour affronter la crise dans Paris, car ils ne peuvent pas habiter Paris et la petite couronne à cause du manque de logements sociaux et de la cherté de l’immobilier. Va-t-on leur interdire l’accès à leur travail au prochain confinement, va-t-on leur demander de s’endetter pour aller travailler ?

  

Dans une ville comme Gennevilliers, qui est composé de ces habitant-es courageux, généreux mais aux revenus modestes, nous comptons : 3040 véhicule Crit’Air 5, 5504 Crit’Air 4, 8692 Crit’Air 3 soit 17 236 véhicules à changer. Autant de personnes qui vont se voir interdire de circulation d’ici trois ans.

 

Cela pose 2 questions d’urgence pour aider les gens à appliquer la ZFE.

La première question : est-il écologiquement, économiquement, ubanistiquement raisonnable de penser que tous ces véhicules puissent être changés en véhicule électrique. Y aura-t-il assez de puissance électrique en région parisienne pour recharger ces véhicules, faudra-t-il relancer des centrales de production électrique ? Les parkings des copropriétés, des bailleurs sociaux, les rues seront-ils équipés de prises de recharge dans ces trois ans ? Poser ces questions montre qu’il faut aussi améliorer les transports collectifs pour que la voiture individuelle, fut-elle électrique, ne soit pas la réponse unique à la mise en place de la ZFE. Or, à notre connaissance, aucune réunion d’urgence, rien ne semble prévu par la Région Ile de France, ni par Ile-de-France mobilités pour réellement faire face à l’afflux prévisible de voyageurs, à une amélioration des dessertes permettant de se passer de la voiture pour aller au travail.

 La deuxième question : quelles aides financières pour changer son véhicule quand il est impossible de s’en passer pour aller au travail, pour travailler ou véhiculer sa famille ? Les aides actuelles sont insuffisantes comme le démontre notre étude de cas, tirée de situations réelles.

 

 

Nous proposons donc :

 

  • Augmenter l’aide à l’achat de véhicule Crit’Air 1 d’occasion ou neuf pour que celle-ci limite à l’équivalent de 5 mois de revenu le reste à charge avec un crédit à taux zéro sur 5 ans.

 

  • Que la Région Ile-de-France et IDF Mobilités communiquent sur les mesures d’urgences de court terme et de long terme qui vont être mises en œuvre pour adapter les réseaux de transports publics aux conséquences de l’application de la ZFE. Pour Gennevilliers, il faut adapter le réseau de transports en commun (nouvelles lignes de bus dans un premier temps) à partir de l’observation de des déplacements actuels, l’amélioration de la ligne 13 et tenir les délais pour l’augmentation des capacités du T1 (2024) et de la construction de la ligne 15 ouest (2031).

 

  • Financer l’aménagement de « zfepiste » de bus à créer dans le but de fluidifier la circulation des bus, accélérer les transports de bus publics.

 

  • Demande à la Région de créer un syndicat mixte pour développer un système d’autopartage de voitures électriques en libre-service disponible dans l'agglomération parisienne.

 

  • L’organisation d’un service public d’autopartage par Ile-de-de-France Mobilités (article 1241-1 du code des transports) de voitures électriques en libre-service disponible dans l'agglomération parisienne.

 

  • Demande à l’Etat de multiplier par cinq l’aide au plan vélo. Ces 500 millions permettraient des mesures concrètes pour faciliter l’usage du vélo grâce à la pérennisation des pistes cyclables temporaires mises en place dans le cadre du déconfinement et à des mesures d’aide financière pour l’aménagement de nouvelles infrastructures.

 

  • Aider les bailleurs sociaux et copropriété pour financer le déploiement de bornes de recharge dans leurs parkings.

 

  • Demande à la Région de revoir le phasage de son plan RER Vélo, afin d'intégrer en phase 1 (échéance 2025), la réalisation de la branche RER Vélo C3, indispensable au maillage du Nord-Ouest Francilien. Pour Gennevilliers, sur la base de ce nouveau phasage, il faut un engagement du Département des Hauts-de-Seine à aménager prioritairement cette liaison structurante.

 

 

 Le texte de la pétition

 

Aidons les gens à appliquer la ZFE

 

 

 

La Zone à Faible Émission vise à progressivement interdire de circulation dans le périmètre intra A86, les véhicules les plus anciens et les plus polluants pour répondre à l’urgence environnementale et en matière de santé publique, que pose la forte pollution générée en partie par la circulation automobile.

 

Il y a effectivement urgence à lutter contre la pollution de l’air. C’est une urgence pour le climat, c’est une urgence sanitaire car 6 600 personnes décèdent de manière prématurée par an de cette pollution. Cette urgence doit s’accompagner de réponses sociales.

 

Nous demandons :

 

Que l’Etat:

 

  • Augmente l’aide à l’achat de véhicule Crit’Air 1 d’occasion ou neuf pour que celle-ci limite à l’équivalent de 5 mois de revenu le reste à charge avec un crédit à taux zéro sur 5 ans.

 

  • Multiplie par 5 l’aide au plan vélo. Ces 500 000 euros permettraient des mesures concrètes pour faciliter l’usage du vélo grâce à des mesures d’aide financière, d’aménagement des infrastructures ou encore de formation, pour les particuliers et les collectivités.

 

  • Aide les bailleurs sociaux et copropriété pour financer le déploiement de bornes de recharge dans leurs parkings.

 

 

Que la Région Ile-de-France :

 

  • et IDF Mobilités communiquent sur les mesures d’urgences de court terme et de long terme qui vont être mises en œuvre pour adapter les réseaux de transports publics aux conséquences de l’application de la ZFE. Pour Gennevilliers, il faut adapter le réseau de transports en commun (nouvelles lignes de bus dans un premier temps) à partir de l’observation de des déplacements actuels, l’amélioration de la ligne 13 et tenir les délais pour l’augmentation des capacités du T1 (2024) et de la construction de la ligne 15 ouest (2031).

 

  • Financee l’aménagement de « coronapiste » de bus (ZFEpiste) à créer dans le but de fluidifier la circulation des bus, accélérer les transports de bus publics.

 

  • Crée ou participe à créer un syndicat mixte pour développer un système d’autopartage de voitures électriques en libre-service disponible dans l'agglomération parisienne.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.