patriceleclerc
cadre en communication, Maire de Gennevilliers, Hauts-de-Seine
Abonné·e de Mediapart

282 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 août 2017

patriceleclerc
cadre en communication, Maire de Gennevilliers, Hauts-de-Seine
Abonné·e de Mediapart

Politique du logement: le gouvernement exclut les couches moyennes et populaires

Le Monde du 17 août nous apprend que le gouvernement souhaite alléger les obligations des communes pour la construction des HLM. Pour le dire autrement, prendre cette décision « d’alléger les obligations des communes pour la construction des HLM » c’est décider à moyen terme d’exclure les couches populaires, les couches moyennes de la Métropole du Grand Paris !

patriceleclerc
cadre en communication, Maire de Gennevilliers, Hauts-de-Seine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ces intentions sont irresponsables. Il s’agit d’une véritable attaque contre le droit au logement au moment où le manque de logements sociaux n’a jamais été aussi grave en France.

La crise est importante. Il y a 400 000 demandeurs de logements dans la Métropole du Grand Paris pour environ 80 000 logements qui peuvent être attribués par an. Résultat : des années d’attente pour avoir un logement social, des jeunes couples contraints de cohabiter chez leurs parents, des structures de relogement d’urgence saturés, une hausse du coût des loyers dans les revenus, des marchands de sommeil qui profitent de la pénurie de logements… 

Revenir sur la loi SRU et les obligations faites aux communes de construire au moins 25% de logements sociaux est une aberration, l’expression d’une violence sociale inacceptable.

Le gouvernement fait ce choix alors que la pression financière et politique exercée par l’Etat, les associations pour le droit au logement, les citoyen-ne-s, rendait incontournable la construction de logements sociaux dans toute les villes.

Le Ministre de la cohésion sociale doit revoir sa copie en s’attachant au développement et à la bonne image que méritent les locataires du logement social plutôt que de dénigrer une grande politique publique qui a fait ses preuves depuis des décennies. Il doit supprimer la loi Boutin qui paupérise le parc social, supprimer les cadeaux fiscaux aux spéculateurs sur l’immobilier pour diriger l’argent sur l’aide à la pierre pour aider à la construction de logement de qualité et faire baisser le coût des loyers. L’argent public doit aller au logement social plutôt qu’à la défiscalisation des produits immobiliers qui profitent toujours aux mêmes.

La riposte doit s’organiser contre cette décision gouvernementale car nous en connaissons les conséquences désastreuses : un développement ségrégatif de la société par la soumission du droit au logement à la loi de l’argent.

Ainsi dans les Hauts-de-Seine, une étude publiée par le diocèse de Nanterre constate : « Globalement les politiques logement mises en œuvre se sont traduites par une dynamique de ségrégation spatiale rendant très difficile la situation des populations à faibles revenus » et tisse comme perspective à 5 ans : « le départ des classes moyennes propriétaires qui ne peuvent pas aider leurs enfants à se loger est un signal, après les retraités, les employés et les ouvriers, c’est cette catégorie qui contribuera au départ des populations (une fois la maison ou l’appartement payé) ».

Pour le dire autrement, prendre cette décision « d’alléger les obligations des communes pour la construction des HLM » c’est décider à moyen terme d’exclure les couches populaires, les couches moyennes de la Métropole du Grand Paris !

C’est abandonner la responsabilité de l’Etat dans la mise en œuvre du droit au logement et d’user de son autorité pour imposer à la bourgeoisie sa contribution au bien-être commun alors que dans le même temps, l’Etat impose à une ville populaire comme Gennevilliers le presque doublement de ses objectifs de relogement de ménages prioritaires ! Il impose à Gennevilliers d’assurer le droit à un logement décent à des habitants d’autres villes parce que celles-ci, dans un égoïsme et entre-soi de classe, refuse de construire du logement social.

La ville de Gennevilliers prendra toutes ses responsabilités pour favoriser l’émergence d’un fort mouvement social pour le droit à la ville, le droit à un logement de qualité, le droit au monde du travail et de la création de bien vivre en Métropole.

Patrice Leclerc

Maire de Gennevilliers

Président du groupe Front de Gauche de la Métropole du Grand Paris

http://www.patrice-leclerc.org/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère