Vaccination, le gouvernement n'est pas clair !

L’Etat est en incapacité de m’autoriser à ouvrir un centre de vaccination à Gennevilliers.La ville de Gennevilliers a postulé dès le mois de novembre pour accueillir un centre de vaccination dans les Hauts-de-Seine.

 

Nous avons déposé un dossier dès l’annonce de l’ouverture des candidatures et renouvelé cette demande après un premier refus.

J’ai reçu ce jour un deuxième refus, comme toutes les autres villes des Hauts-de-Seine, pour l’ouverture d’un centre de vaccination à Gennevilliers.

La raison principale est qu’il n’y a pas de doses supplémentaires attribuées au département des Hauts-de-Seine.

Il ne serait effectivement pas raisonnable d’ouvrir un nouveau centre quand les doses sont déjà très limitées pour les centres ouverts. Je comprends la prudence de la Préfecture.

Cette situation n’en est pas moins inacceptable pour les raisons suivantes :

– Le gouvernement invite les gens à se faire vacciner et n’a pas les moyens de le faire, ce qui crée de l’incompréhension, de l’angoisse, des difficultés pour gérer les centres

– Le gouvernement renouvelle l’erreur qu’il a commis dans la gestion des masques en ne disant pas la vérité pour permettre de gérer la situation en fonction de la réalité. Tout le monde est capable de comprendre qu’une crise se gère avec beaucoup d’inconnues, et le mieux est de dire et d’agir avec ce que l’on sait.

– Il y a une inégalité de traitement dans les Hauts-de-Seine. Il y a un manque d’attention au Nord des Hauts-de-Seine, qui a été très touché par le COVID19.

Avec le maire de Villeneuve-la-Garenne, j’exige une meilleure attention de l’État sur la situation sanitaire de nos villes.

Cette situation n’est pas que locale.

J’ai participé au conseil d’administration de l’association des maires de France, qui, toutes tendances politiques, a déclaré :« Afin de garantir la réussite de la vaccination, renforcer le climat de confiance et éviter l’incompréhension des citoyens, l’AMF appelle à une plus grande transparence de la part de l’État sur la stratégie de vaccination et demande une information aux maires en temps réel sur les stocks et les calendriers d’approvisionnement des vaccins disponibles dans les centres de vaccination.De cela, dépendent, en effet, le calibrage des centres de vaccination, la gestion des prises de rendez-vous et des files d’attente, l’organisation de transports adaptés pour les personnes fragiles, ou encore le déploiement de centres mobiles et d’équipes mobiles de vaccination.L’AMF insiste aussi sur l’importance de la clarification des directives nationales afin de mieux coordonner les actions entre les ARS et les préfets et préciser les attentes quant au rôle des maires. »Ce qui est grave, c’est qu’au rythme actuel sur le département et la France, nous n’arriverons pas à un taux de population vaccinée suffisamment haut pour enrayer le virus rapidement !Gennevilliers, le 21 janvier 2021

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.