Patricio Paris
Indoaméricano
Abonné·e de Mediapart

261 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 août 2020

Chili / Coñaripe : Le peuple Mapuche se solidarise avec ses prisonniers politiques.

Le vendredi 7 août 2020 à Konarüpu - Coñaripe, le peuple mapuche a fait connaître sa présence en manifestant son soutien aux revendications des prisonniers politiques mapuche, qui mènent actuellement une grève de la faim sèche pour exiger le respect de la Convention 169 de l'OIT.

Patricio Paris
Indoaméricano
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le peuple Mapuche manifeste sa solidarité avec les demandes de prisonniers polítiques mapuche en grève de la faim seche. © Colectivo kintuantv

Vendredi 7 août 2020 à Konarüpu - Coñaripe, le peuple mapuche s'est fait entendre en manifestant son soutien aux revendications des prisonniers politiques mapuche, qui mènent actuellement une grève de la faim sèche (pas d'aliments solides, ni liquides)  pour obtenir le respect de la Convention Internationale 169 de l'OIT, (qui établit que, pour les peuples autochtones, d'autres types de sanctions que l'emprisonnement doivent être privilégiées), et qu'il leur soit permis de commuer leur détention en assignation à résidence jusqu'à la fin de la pandémie COVID-19. Le gouvernement n'a pas hésité à le faire récemment pour des tortionnaires et des assassins de la dictature de Pinochet, reconnus coupables de crimes contre l'humanité, qui sont des crimes imprescriptibles, qui sont sortis de prison, et sont actuellement assignés à résidence.

Celestino Córdova Tránsito, autorité spirituel mapuche, en grève de la faim en prison au Wallmapu © Cooperativa.cl


Celestino Córdova Tránsito, a accompli 100 jours de grève de la faim ce mardi 11/08/2020, avec 27 autres prisonniers mapuches. L'autorité ancestrale demande de purger sa peine chez lui. Son état de santé est extrêmement grave. Il vient de dire qu'il serait "fier de donner sa vie pour mon peuple Mapuche".


Les manifestants rejettent fermement l'emprise des sociétés immobilières sur le territoire, les actes de racisme et oeuvrent  en faveur de la défense de Lafken (la mer) et du Rukapilláñ, nom du volcán Villarrica (en mapudungun: Ruka Pillañ, "maison du diable") . Et aussi contre les complexes touristiques qui s’approprient des territoires en empêchant le peuple mapuche d'accéder à ce qui est leur terre ancêtral, en empochant les bénéfices sans aucune indemnisation pour les vrais propriétaires de ces territoires, le peuple mapuche. Il s'agit d'un pillage pur et simple soutenu par l’État parasite chilien.  En tout cas, le peuple mapuche ne veut pas d'indemnisations, de rétributions locatives ou autres, il lutte pour garder leur territoire pour la Nation mapuche.

 L’Assemblée Solidarité France-Chili à PARIS appelle à un acte de solidarité avec les prisonniers politiques et le peuple mapuche le mercredi 12 août 2020 face à l’ambassade Chilienne vers 10h00 - 10h30, 64 Boulevard de la Tour-Maubourg, 75007 Paris.

Matériel audiovisuel produit par: Colectivo kintuantv
Pukem 2020
Localisation de Coñaripe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP