CHILI / La Résistance Mapuche se soulève en armes contre l’Etat chilien

Résistance Mapuche se soulève en armes contre l'Etat chilien et revendique des actions de sabotage. L'organisation RESISTENCIA MAPUCHE LAVKENCHE dans un communiqué publié par différents médias, revendique un ensemble d'actions politico-militaires dans la région du lac Lleu-Lleu, correspondant aux communes de Contulmo, Caleta et Tirúa.

RESISTENCIA MAPUCHE LAVKENCHE © Diario Venceremos RESISTENCIA MAPUCHE LAVKENCHE © Diario Venceremos

Lleu-Lleu

La Résistance Mapuche se soulève en armes contre l’Etat chilien, les intérêts capitalistes et les yanaconas (*). Et revendique des actions de sabotage.

Par Awkan,
Diario Venceremos, 14 Abril, 2020

(*) Les mapuches appelaient Yanaconas dans son acception de "servile" y "lâche", les indigènes qui servaient comme soldats des conquistadors espagnols.

L'organisation RESISTENCIA MAPUCHE LAVKENCHE dans un communiqué publié par différents médias, revendique un ensemble d'actions politico-militaires dans la région du lac Lleu-Lleu, correspondant aux communes de Contulmo, Caleta et Tirúa.

Rappelons qu'hier, plus de 100 weichafes [guerriers ou combatants] ont pris et exercé un contrôle armé sur la route [P-72-S, Km 30] qui relie Tirúa à Cañete, où ils ont procédé à ériger de barricades, à l'accrochage de banderoles et à exercer l'autodéfense armées de pistolets, de fusils de chasse et de wetruwes [ou wixuwe, lance pierres], contre la tentative de la police de les faire sortir du lieu. Pendant plus de dix heures, les weichafes [guerriers]ont exercé un contrôle total sur le territoire.

Liberté aux prisonniers politiques - Prison de Lebu. Communautés de Caupolican, Wechun, Juan Nahuel Wal © Diario Venceremos Liberté aux prisonniers politiques - Prison de Lebu. Communautés de Caupolican, Wechun, Juan Nahuel Wal © Diario Venceremos

Pendant le développement des faits, un char mowag de carabiniers a tenté de réprimer le soulèvement, le char a été attaqué par des balles et par une voiture bélier chargée d'explosifs qui n'a pas atteint l'objectif de neutraliser le véhicule blindé. Cependant, elle a provoqué une coupure d'électricité importante dans les communes environnantes.

Au cours des semaines précédentes, plusieurs actions de résistance ont eu lieu dans la zone, dont l'incendie de machines forestières pour plus de 2 000 000 de dollars, l'incendie de maisons secondaires, et un carabinier blessé par 3 balles alors qu'il tentait de réprimer une manifestation.

Ici s'exprime la volonté d'un peuple de devenir maître de son propre destin.

Voici la reproduction du communiqué de la MAPUCHE LAVKENCHE RESISTANCE:

"Pu weichave (guerriers) de la Résistance Mapuche Lavkenche nous revendiquons l'action armée menée ce lundi 13 avril [2020] dans le secteur de Lleu Lleu contre des policiers au service de compagnies forestières usurpant notre territoire ancestral. Par cet acte, nous faisons un pas ferme vers l'unité de la résistance mapuche dans la région de Lavkenche et nous réaffirmons notre engagement sans restriction à expulser de notre territoire les compagnies forestières et toute autre expression capitaliste qui s'en prend à la vie mapuche et aux peuples.

Sans eau on vie pas. Dehors les compagnies forestières. Non à l’extraction d'agrégats (pierre concassée). Fuera les vendus et les yanaconas © Diario Venceremos Sans eau on vie pas. Dehors les compagnies forestières. Non à l’extraction d'agrégats (pierre concassée). Fuera les vendus et les yanaconas © Diario Venceremos

Cette action est le résultat de nombreux nütram (dialogues) des différentes expressions de la Résistance Mapuche, dont la subsistance culturelle et politique germe du weichan [la lutte] et du contrôle territorial développé par les différentes Lov [ conglomérat des  communautés avec un certain grade d’unité et de participation collective] et communautés Mapuche en Résistance dans les terres forestières massivement occupées, où l'autonomie communautaire s'est matériellement exprimée sur la base d'une indépendance organisationnelle, loin des orientations politiques que les institutions Winka [les chiliens]et les compagnies forestières ont conçues pour certaines zones Mapuche et qui menacent aujourd'hui de déclencher une véritable guerre interne protégée par le gouvernement, les procureurs et la police.

Fait gaffe yanacona. Balles et feu contre Mininco et ses esbirres. © Diario Venceremos Fait gaffe yanacona. Balles et feu contre Mininco et ses esbirres. © Diario Venceremos

C'est ce qui se passe dans la zone sud du lac Lleu LLeu, où certains dirigeants yanaconas ont amené leurs communautés à travailler conjointement avec la compagnie forestière Mininco. Ce travail est dirigé par les dirigeants Santos Reinao, Jorge Lincopan et Arturo Millahual, qui sont tous des opérateurs politiques bien connus des institutions Winka [des chiliens. Désigne les personnes blanches et plus spécifiquement les conquistadors du XVI siècle] qui ont passé des accords avec les compagnies forestières depuis des années.

Ces dirigeants ont utilisé la lutte des mapuches pour leurs propres intérêts, traînant leurs bases pour continuer sous le joug colonial de ces entreprises qui, pendant des années, ont pillé et détruit nos terres, asséché nos eaux, modifié notre itrovil Mongen [biodiversité] et se sont enrichies au prix de la pauvreté de notre peuple.

Ainsi, en décembre 2018, 11 communautés mapuches ont occupé le domaine "Choque", revendiquant, selon eux, 20 mille hectares. Cette occupation n'était pas seulement une mise en scène de ce qui allait arriver, mais elle allait au-delà de la lutte que d'autres expressions de la résistance mapuche menaient depuis des années sur le domaine, sabotant les intérêts de l'entreprise forestière Mininco, occupant quelques parcelles de terre et reconstruisant ainsi la vie des Mapuches.

Un peu plus d'un an plus tard, le scénario est diamétralement opposé. Aujourd'hui, l'entreprise forestière Mininco a repris le contrôle du domaine de Choque, les dirigeants, comme Santos Reinao, sont devenus les entrepreneurs de Mininco, et les communautés reboisent maintenant ces terres avec des pins et des eucalyptus, perpétuant ainsi le modèle forestier. Cette entreprise a choisi d'intégrer les communautés dans l'entreprise, et pour que le plan réussisse, elle a même créé des brigades de sécurité armées dirigées par certains mapuches, dont plusieurs sont d'anciens militants de la résistance mapuche qui travaillent en complicité avec la police et les procureurs. Parmi eux on peut remarquer des communards qu'en 2015, ont été torturés par des policiers dans une ferme de l'entreprise Mininco, emprisonnés et maintenant, chose incroyable, ils ont trahi leur peuple et sans aucune dignité, ils sont passés du côté ennemi, devenant un groupe paramilitaire.

Dehors Mininco. Mort aux yanaconas © Diario Venceremos Dehors Mininco. Mort aux yanaconas © Diario Venceremos

C'est en raison de ces faits qu'en tant que Résistance Mapuche Lavkenche, nous revendiquons le port d'armes et le droit à l'autodéfense et nous assumons l'obligation d'expulser, une fois pour toutes, les entreprises forestières et leurs laquais de notre territoire. Nous appelons également les communautés mentionnées à réfléchir à leurs actions et à reprendre leur propre chemin en tant que mapuche, sur la base des normes que nos kuivikeche [ancêtres] ont établies et qui nous obligent à ne pas faire de compromis avec l'usurpateur winka.

 Pour le territoire et l'autonomie, liberté pour les prisonniers politiques mapuches

 La résistance Mapuche Lavkenche "

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.