Patrick Artinian
Journaliste à Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 juin 2015

Horny Tonky par Nicolas Folmer

Le trompettiste Nicolas Folmer présentera « Horny Tonky », le 28 juin prochain, lors du festival Wolfi Jazz à une encablure de Strasbourg.

Patrick Artinian
Journaliste à Mediapart
Nicolas Folmer © ©Patrick Artinian

Le trompettiste Nicolas Folmer présentera « Horny Tonky », le 28 juin prochain, lors du festival Wolfi Jazz à une encablure de Strasbourg. « On m’a toujours dit que j’avais une tête de premier de la classe et que j’étais aussi lisse qu’une boule de billard. Mon nouvel album "Horny Tonky" est une manière de réfuter tout ça. Au début, sur la pochette, il y avait même des nanas qui jouaient des instruments autour de moi mais on les a retiré car c’était un peu trop ». Le titre est bien sûr un clin d’œil à ces Honky Tonks immortalisés par le tandem Jagger-Richards sur leur tube planétaire “Honky Tonk Woman“, l’histoire d’un type qui vient noyer son chagrin d’amour à Memphis, Tennessee avec une belle qui lui bourre le nez de coke et l’emmène au lit à l’étage. Pour l’album, même si la pochette conserve un côté kitsch revendiqué à défaut de “…nanas qui jouaient des instruments…“, Folmer s’est entouré de jeunes musiciens qui délivrent un funk-jazz tonitruant tout droit issu des années soixante-dix, craquements vinyles en prime. Pourtant, la production reste résolument contemporaine “C’est un clin d’œil humoristique à ces années là. Il y a un coté revival mais le son est forcément différent car il n’y avait pas la même technologie, pas les mêmes préamplis, pas les mêmes micros, pas le même mastering, les titres sont courts alors que dans les années 70, ils étaient bien plus long. De plus, depuis ces années là, de nombreux courants musicaux ont traversé le jazz. En composant, j’ai naturellement pensé aux Brecker Brothers mais tout autant à AC/DC “ que l’on peut discerner grâce à quelques riffs de guitare acérés.

© 

Plus connu comme co-fondateur du Paris Jazz Big Band ou par sa collaboration avec le batteur Daniel Humair, Nicolas Folmer n‘en n’est pourtant pas à son coup d’essai “ J’ai commencé la musique en jouant du jazz-rock et aujourd’hui, j’ai  besoin de sortir du jazz , que j’aime, pour aller vers d’autres horizons. Il y a une fraicheur dans ce groupe et cette fraicheur nourrit mon énergie. C’est de la musique électrique sauce 2014 parce que j’ai toujours aimé ça. “.

Patrick Artinian

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa