patrick batard
Photographe
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2016

patrick batard
Photographe
Abonné·e de Mediapart

Réfugiés syriens : à Toulouse, on rase gratis !

Afin d'éviter que les familles syriennes, installées à Toulouse depuis plusieurs mois, ne se sentent pas trop les bienvenues, certains promoteurs et bailleurs sociaux n'hésitent pas à raser purement et simplement des habitations occupées par des réfugiés.

patrick batard
Photographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cacher la poussière sous le tapis ?

4 jours après l'expulsion, plus rien ne subsiste de l'habitation. © Patrick Batard

Jeudi 14 novembre, comme le relate France 3 et CôtéToulouse, plusieurs familles sont éloignées de leurs habitations pour mettre en branle, dans leur dos, les bulldozers. 4 jours plus tard, tout a été rasé et les gravas enlevés. Le but étant de ne laisser aucune trace de leur passage ? Non, juste d'éviter que d'autres familles s'installent à leur place.
Et ce n'est pas une première dans le domaine : dans la barre d'immeuble des Izards, dès qu'une famille libère un appartement (pour cause d'expulsion ?), ce sont des artisans mandatés par le bailleur social qui viennent détruire les fenêtres et saccager les appartements; ainsi, ces logements sont rendus insalubres, et surtout inoccupables par de nouveaux réfugiés.

Aux Izards, les logements vidés sont aussitôt rendu inhabitables en détruisant les fenêtres. © Patrick Batard

Une pluie d'OQTF pour toute solution de l'Etat.
(Obligation de Quitter le Territoire Français)

Le règlement européen connus sous le nom de "Dublin" est le petit doigt derrière lequel tentent de se cacher nos responsables locaux et nationaux. Une sorte de "chat perché", mais qui oublie d'en être drôle : le 1er sol européen foulé est censé devenir terre d'asile.

Depuis le 10 janvier, la préfecture délivre frénétiquement des OQTF : une dizaine de lignes comme fin de non-recevoir... © Patrick Batard

Pour la plupart des réfugiés syriens présents à Toulouse, le 1er sol foulé a été l'Espagne. Ben oui, jusqu'à preuve du contraire, la France n'a pas, contrairement à l'Espagne avec l'enclave de Melilla, de frontière terrestre avec le Maghreb. Et ces réfugiés qui, ne l'oublions pas, fuient un pays en guerre depuis bientôt 5 ans, n'ont pas eu le bon goût d'arriver via Roissy...
Mais en Espagne, devant l'inexistence d'accueil (certains ont vécu dans la rue), de soins et de travail, beaucoup ont décidé de continuer plus au nord. Oh, pas jusqu'à l'Angleterre : ils avaient peut-être eu quelque écho de Calais, et de sa Jungle. Non, mais au moins jusqu'au "Pays des Droits de l'Homme". Oui. Enfin... de l'Homme, oui, mais pas de tous les hommes, apparemment... et des femmes et enfants non plus.

Mobilisations citoyennes contre ces expulsions

Quoiqu'il en soit, afin d'éviter que ces réfugiés ne se créent trop de liens sociaux à Toulouse, la consigne aujourd'hui semble être "point de ça chez nous!". Et pour cela, rien de tel que la politique de la terre brûlée; ou de la patate chaude, c'est selon.
Avocats bénévoles, associations locales, simples citoyens... certains tentent de s'opposer à cette accélération des expulsions. Accélération qui risque d'autant plus de créer des situations arbitraires, et lourdes de conséquences pour ces familles démunies. La plupart d'entre elles n'ont plus aucune attache, si ce n'est les autres familles de réfugiés sur Toulouse. Et nous ne parlons pas là de milliers de personnes, mais d'environ 250 âmes. 250 personnes, pour une agglomération urbaine de plus de 900.000 habitants.

Des citoyens se mobilisent depuis plusieurs mois pour apporter un soutien. © Patrick Batard

Cette mobilisation passe aujourd'hui par :
- la participation à une pétition en ligne
- la manifestation vendredi 22 janvier à 9h devant le Tribunal d'Instance de Toulouse, date à laquelle devraient être jugées plusieurs affaires d'expulsion.
MISE A JOUR : le délibéré a été encore une fois reporté : rendez-vous au 4 février.

20160118-dsc2548 © Patrick Batard


Quant aux droits de l'Homme dans tout ça ?
On peut bien se demander de quel Homme nous parlons.
Et de quels droits.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André