PATRICK BOREL
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2014

Ne dites pas à ma mère que je suis syndicaliste à la CDC, elle croit que je suis pianiste dans un bordel

PATRICK BOREL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les colonnes de Mediapart voient s’affronter dans une guerre sans merci sur la CDC, la SNI et ICADE, deux formidables puissances, l’Empire de Lilliput et l’Empire de Blefuscu, pour savoir si, pour manger un œuf à la coque, on le casse par le gros bout ou par le petit bout. Je m’exprime sur mon blog via mon abonnement personnel  sans engager mon organisation, la CFDT :

d’un coté donc, des dirigeants de la CDC et de certaines de ses filiales dont la SNI, soutenus ouvertement par certains syndicalistes y compris les plus inattendus dans ce rôle,

de l’autre  coté une poignée de syndicalistes irréductibles ayant ramassé la fonction tribunicienne abandonnée par les précédents et soutenus de plus en plus ouvertement par la rédaction de Médiapart, à commencer par Edwy Plenel et Laurent Mauduit.

Cela commence par de nombreux articles, notamment de Laurent Mauduit, journaliste d’investigation, articles dont certains reprennent des hypothèses* souvent évoquées, d’autres des sources issus de rapports de la Cour des Comptes et probablement de sources internes.

Suivent des procès de Presse engagé par la direction de la SNI contre la rédaction de Mediapart, procès autorisés voire soutenus par Jean Pierre Jouyet avant son départ pour le Secrétariat Général de l’Elysée.

Cela se poursuit ces jours ci par déjà deux articles de la rédaction sur l’autre filiale immobilière, Icade et là encore, reprennent des hypothèses* souvent évoquées, d’autres des sources issus de rapports de la Cour des Comptes et probablement de sources internes, peut être pas les mêmes car les « cibles » sont pour le moins rivales.

« Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour » : pour moi, le Syndicalisme et la Presse, c’est pareil !

Si on n’exerce pas sa liberté d’expression, de pensée, et même son droit à l’erreur ou à l’interprétation subjective, bref, si on assume pas ses propres contradictions, doutes et incertitudes, il faut changer de job, on n’a plus la « vista ».

Oh je me garderai de tout discours moralisateur : à 52 ans, je suis comme Obélix tombé dans la potion magique militante dés l’âge de 15 ans, et j’ai passé l’âge de croire aux lendemains qui chantent.

Mais on peut au moins essayer de garder une certaine éthique à commencer par se méfier des connivences mêmes inconscientes avec les patrons comme avec les journalistes ou tout autre groupe de pression réel ou supposé. C’est d’ailleurs pour moi un signe de respect vis-à-vis des mêmes patrons et journalistes : on est chacun dans un jeu de rôle mais on doit respecter des règles strictes de cloisonnement.

Ce qui, selon moi, doit guider l’action d’un syndicaliste d’entreprise (à ne pas confondre avec un syndicaliste confédéral ou fédéral plus tourné sur les accords de branche, et surtout avec un politique), c’est la défense des intérêts des personnels de cette entreprise : l’emploi, la défense individuelle et collective, les compétences des gens, et même la réputation de la boite.

Selon certaines hypothèses* évoquées plus haut dans ces colonnes, certains dirigeants, et circonstances aggravantes selon moi, de hauts fonctionnaires semblent avoir très largement franchi la ligne rouge et à de nombreuses reprises.

Moi, j’ai choisi mon camp : Pour avoir vu pleurer des ouvriers d'une usine agroalimentaire qui était « clouée au pilori » pendant plusieurs jours au journal télévisé 20h, je ne sous-estime pas les souffrances que peuvent aujourd’hui ressentir l’immense majorité des collègues honnêtes de la CDC qui se trouvent confrontés au quotidien du fait de cette campagne de presse aux critiques ou remarques désobligeantes des locataires, des promoteurs, et même dans des repas de famille.

Que la Presse et la Justice fasse son travail, même si cela peut être anxiogène pour l’immense majorité de ces collègues honnêtes. Je respecte la Presse d’investigation, les autres organisations syndicales et même la très grande majorité des patrons !

Ce qui aujourd’hui devrait rassembler en premier lieu les organisations syndicales du Groupe CDC, c’est l’emploi, la défense individuelle et collective des personnels, les compétences des gens à travers la nécessaire évolution des métiers des sociétés, et aussi l’image collective d'un trés grand Groupe d'intérêt général, sans opposer telle ou telle filiale contre une autre, ni surtout en épousant les querelles de pouvoir des patrons.

Après on pourra toujours se chamailler pour savoir si, pour manger un œuf à la coque, on le casse par le gros bout ou par le petit bout.

Pour ma part je l' attaque par le gros bout avec si possible un accessoire très pratique pour le "décapsuler", acheté à la Foire de Paris ...

Patrick Borel, Délégué Syndical CFDT du Groupe CDC, à titre personnel

nota :  j'ai parlé prudemment d'hypothèses*, ayant déja largemment été attaqué dans des procès pour diffamation dans ma jeunesse militante par des dirigeants politiquement "proches" et au plus haut sommet de l'Etat aujourd'hui ...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille