PATRICK BOREL
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juil. 2015

QUE SONT LES LAMBERTISTES DEVENUS ? PAUVRE RUTEBOEUF

PATRICK BOREL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

D'après la chanson de Léo Ferré inspirée de La complainte de Rutebeuf

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

L’article publié ce jour par Stéphane Allies dans MEDIAPART « Crise finale au POI, ou le lambertisme en voie d’extinction » m’a fait remonté la nostalgie de toute ma jeunesse militante, où je me suis construit CONTRE ces lambertistes, que pourtant j’ai appris à respecter et parfois même à aimer.

Arrivé à 17 ans à l’IEP Grenoble en 1979, difficile de passer à coté de cette secte alors encore plus active qu’à Tolbiac et autres bastions parisiens : ils représentaient de loin le mouvement le plus organisé de la Fac autour de l’historien mondialement reconnu de Trotsky, Pierre Broué, qui présida d’ailleurs mon grand oral et fut finalement exclu de l’OCI par Boussel alias Lambert.

Moi petit catho rocardien, sabra du PSU et des GAM d’Hubert Dubedout, proche de la CFDT et pas de FO, ça pouvait  pas coller avec un  des principaux mouvements français de la IVème internationale, malgré les consignes de la troïka des dirigeants des jeunes rocardiens parisiens de l’époque, Manuel Valls, Alain Bauer et Stéphane Fouks avec qui je me suis opposé durement.

Individuellement pourtant il y’avait des lambertos adorables : mon AVC, et mon hémiplégie rappela à certains celle de Lénine (hi hi !) et ils m’ont humainement soutenu dans cette période difficile; après ma transplantation cardiaque survenue la même année, celle de mes 20 ans, cela m’a permis de compter mes amis, plus nombreux chez les lambertistes que chez mes camarades rocardiens.

Alors, peut-on regretter la probable disparition de ce courant politique, qui a passé plus d’effort à s’excommunier en de multiples chapelles, à faire de l’entrisme au PS à différentes époques, à mettre en place par des méthodes paramilitaires des techniques de prise du pouvoir des appareils trop faibles pour leur résister ?  Leur tenir tête comme je l'ai fait, c'était une excellente école de formation.

Et bien oui, j’ose le dire : ils vont manquer comme le dit l’article de Stéphane Allies dans la formation des élites d’une partie de la gauche française qui n’est pas la mienne : chez certains socialistes et à FO surement, au Parti de Gauche c’est moins sur, il faudra que ce dernier choisisse entre eux et l’alliance avec le PCF, difficile à concilier.

A moi en tout cas, ils vont me manquer, comme Giuseppe Bottazzi alias Peppone manquerai à Don Camillo : avec qui vais-je pouvoir  me bagarrer désormais ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau