Contre la restriction de nos libertés

À ce jour du 28 octobre 2020, la réduction de nos libertés y est des plus destructrices; ainsi nous avons déjà fait le constat de l'effondrement économique, des fractures familiales et sociales. Les conséquences en sont désastreuses...

À ce jour du 28 octobre 2020, la réduction de nos libertés y est des plus
destructrices; ainsi nous avons déjà fait le constat de l'effondrement économique, des
fractures familiales et sociales.


Les conséquences en sont désastreuses, il nous est interdit de nous réunir en
famille, il nous est interdit d'avoir des relations sociales, il nous est interdit de nous
déplacer librement, il nous interdit d'entreprendre en toute sécurité; un stress
permanent.


Les conséquences nous sont connues et y sont traumatiques; mais il y a des
conséquences dont on ne parle pas, elles sont de l'ordre psychologique : l'angoisse au
quotidien, l'incertitude de l'avenir, la soumission devant l'état d'urgence.
Les troubles psychologiques ne sont visibles à ce jour que partiellement, une
partie de l'iceberg.
Les premiers drames sont apparus à partir du confinement du 17 mars 2020, là
où les familles ont eu l'interdiction de faire le deuil de leurs proches décédés, ils ne
pourront s'en remettre.


Des troubles du comportement sont visibles chez les enfants, adultes et
personnes âgées; ainsi cela nous révèle déjà l'ampleur d'un déséquilibre
psychologique conséquent et très présent ( l'angoisse au quotidien de la mort,
l'angoisse d'un avenir plus qu'incertain).
Nous n'avons encore aucune idée des retombées en moyen et long terme, il
faudra du temps, beaucoup de temps pour reprendre une vie normale équilibrée; la
vie!


Face à ces mesures liberticides, la colère commence à s'exprimer, une colère
qui est encore contenue, mais jusqu'à quand ?
L'absurdité de ces mesures, à quelle fin, au profit de qui ?
L'absurdité et la dangerosité de ces mesures nous sont transmises par des
femmes et des hommes avertis, conscients, raisonnés, emphatiques, c'est-à-dire
humains, comme nous le sommes pour le plus grand nombre d'entre nous.
La députée Martine Wonner, la seule élue qui dénonce cette mascarade à
l'assemblée YouTubewww.youtube.com › watch.
Les professeurs : Jean-François Toussin, Christian Perrone, Laurent Toubiana,
Didier Raoult, ainsi que personnes civiles, indépendantes des États et des lobbys, tel
l'avocat international Reiner Fueelmichet et bien d'autres.
Une colère se fait jour, une colère justifiée; avant que cette dernière ne
s'exprime par une violence dont nous ne pouvons imaginer l'ampleur.
Ainsi, nous avons le devoir de nous opposer aux décisions gouvernementales
qui sont contraires à notre constitution et nous privent de notre liberté.


Arrêtons le massacre en dissuadant l'État de manière pacifique avant qu'il ne
soit trop tard !


Retrouvons la Liberté !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.