L'IGNOBLE


Ô je ne m'émeus point

Ni ne m'indigne en rien

L'ignominie le tient

Et sans elle, il n'est rien

 

Aujourd'hui encore

Il se rit de la mort

De milliers d'êtres humains

Le p'tit "républicain"

 

Ses injures, ses saillies

Ses outrances vomies

Furent notre quotidien

Les fèces du matin

 

On voulut le voir mort

Rectifié le butor

Disparu à jamais

Dans les limbes soustrait

 

La peste est revenue

Et son odeur de pus

Se répand de nouveau

Sur écrans et journaux

 

Il a ses affidés

Rombières décolorées

Jeunes blousons dorés

Politiques stipendiés


Imbéciles certifiés

Ou fachos refoulés

Ils rient et suent la haine

Aux mots du nain sur scène

 

Il est temps d'en finir

Il est l'heure de bannir

De ne plus imprimer

Filmer, enregistrer

 

Les sketches mortifères

Grossiers et vulgaires

De ce pithécanthrope

Affairiste interlope

 

Que les Républicains

Les vrais, pas les vauriens

Fassent sonner leurs poings

Sur ceux en peau d'lapin

 

10/06/15

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.