DES RAFALES A LA GRECE

Un contrat de 2,5 milliards de dollars signé par la Grèce pour acquérir des avions de guerre Rafale à la France. Dans un pays en crise financière où les pensions de retraite ont fait l'objet d'une réduction de plus de 40% lequel est plus irresponsable: l'acheteur ou le vendeur?

 

Les autorités françaises ont annoncé avec une évidente satisfaction la vente de 12 avions Rafale à la Grèce (6 avions Rafale neufs et 12 d'occasion), un contrat d'une valeur déclarée de 2,5 milliards de dollars ( le coût unitaire de fabrication d'un Rafale est de l'ordre de 100 millions d'Euros lequel s'inscrit dans un programme dont le Sénat a fait connaitre le prix en 2012: 44,2 milliards de dollars) .

On garde de la Grèce l'image de manifestations massives de retraités dans les années 2016 et 2017 qui virent leurs pensions de retraite diminuer de 40% en quelques années. L' accord signé à Malte le 7 avril 2017 entre la Grèce et ses créanciers – Banque centrale européenne (BCE), Mécanisme européen de stabilité (MES) et Fonds monétaire international (FMI) – prévoyait de réduire les dépenses du pays de l’équivalent de 2 % du produit intérieur brut (PIB) entre 2019 et 2020. Il s’agissait de réaliser plus de 3,6 milliards d’euros d’économies. Avec la pandémie, l'OCDE observe en 2020 une baisse de 9,8% du Produit National Brut de la Grèce. Un jeune grec sur deux, âgé de trente ans, est au chômage.

La France est responsable , avec la République Fédérale d'Allemagne et les Etats-Unis, de la vente d'armements à la Grèce entre 1974 et 2011, de 216 milliards de dollars. Elle a sa part de responsabilité dans la crise financière grecque. Entre 2002 et 2011, la Grèce a dépensé, en dollars constants, quelque 8,6 milliards de dollars en armements pour faire face à la "menace' qu'exercerait la Turquie sur Chypre. De 1994 à 2014, la Grèce est le huitième client mondial en armement, et la Turquie le quatrième. La Grèce a plus d'avions de chasse et de sous-marins et deux fois plus de tanks que l'Allemagne alors que son Produit National Brut équivaut à 7% du PNB allemand. La dette grecque procède en partie de ces achats d'armements irresponsables que le pays n'a, à ce jour, jamais utilisés. Sans mentionner la corruption qui a entouré ces achats  dont témoigne en octobre 2013  la peine de 20 ans d'emprisonnement décrétée  envers l'ancien ministre de la Défense du pays, Akis Tsochatzopoulos (1996-2001).

N'aurait-il pas été plus opportun, compte-tenu de ce passé, de sursoir à toute vente d'armement et contribuer à brider ces deux partenaires de la France au sein de l'Organisation de l'Atlantique Nord (OTAN),  évitant ainsi des dépenses dont on se félicite avec cupidité à court terme  à Paris mais qui augmentent  encore davantage la dette grecque et  alourdiront un climat social déjà mis à rude épreuve. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.