11 novembre. L'Armistice: la mémoire et le discours officiels fragilisés

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, reconnaissantes et compatissantes pleurent leurs morts mais ne sont guère émues des morts qu’elles continuent à causer: la France, le Royaume Uni et l’Allemagne sont, respectivement, le troisième, le quatrième et le cinquième exportateur d’armes dans le monde.

La France commémore ce 11 Novembre 2019, comme chaque année depuis plus de cent ans, la victoire de ses armées et la fin de la Première Guerre Mondiale.

Déclenchée par un contentieux diplomatique secondaire, généralisée par le système rigide   des alliances,  la guerre de 1914-1918 fut à l’origine d’un gigantesque carnage: 18 millions de morts, 6 millions d’invalides, 3 millions de veuves, 6 millions d’orphelins. Parmi les morts, plus de 100 000 africains venant des colonies africaines, recrutés de force ou contre la promesse illusoire d’une citoyenneté française une fois payé l’ “impôt du sang”, selon l’ expression utilisée par Blaise Diagne, le chef du recrutement des troupes coloniales, et plusieurs dizaines de milliers d’Indiens recrutés sous la contrainte par le Raj britannique. Guerre fraticide: les uns luttant aux côtés de la France, de l’Angleterre, de la Belgique, du Portugal; les autres aux côtés de l’Allemagne selon la loterie coloniale. Il n’ existe aucun village en France, en Allemagne et au Royaume Uni , aussi modeste soit-il, qui n’ ait érigé sur sa place centrale un monument en hommage à ses citoyens morts ou disparus pendant ce conflit mondial. Mais seule la ville de Reims a , en France, grâce à une souscription publique, édifié un mémorial en  hommage aux troupes noires, à l’ “Armée Noire”: Zouaves, Chasseurs d’Afrique, Tirailleurs sénégalais, Spahis, Goumiers marocains.

La grande mosquée de Paris, inaugurée en 1926, a été construite em hommage aux 68 000 nord-africains (Algériens, Marocains, Tunisiens) morts durant cette guerre pour une cause qui n’ était pas la leur, mais il a fallu attendre l’ année 2006 pour qu’ un mémorial militaire rende hommage à Douaumont aux victimes de confession musulmane. En comparaison, pour rendre hommage à l’Armée des Indes qui lutta en France et en Belgique, les Anglais édifièrent dés 1921 un mémorial à Londres et en 1927 un mémorial à Neuve La Chapelle, en France, où le contingent sikh en mars 1915 perdit 80 % de ses effectifs. En Allemagne, seuls ingratitude et mépris affichés à l’ égard des  ex-combattants venant des colonies africaines (Tanzanie, Cameroun, Namibie, Togo), sans mentionnées les troupes noires d’occupation de la Rhénanie, qualifiées de « Honte Noire », Die Schwarze Schmach..

Cette imposture patriotique portait en son sein une idéologie aussi pernicieuse que le racisme et le colonialisme :  le concept de supériorité nationale. Ceux qui ne partageaient pas ce patriotisme belliqueux étaient considérés comme traître ou qualifié de communiste et fait prisonnier (Paul Vaillant-Couturier en France, Bertrand Russel au Royaume Uni, Eugène Debs aux Etats-Unis ), assassiné (Rosa Luxembourg, Karl Liebknecht en Allemagne ; Jean Jaurés en France) ou fusillé “pour l´exemple”, pour servir de leçon. On estime à 600 le nombre de jeunes soldats qui  questionnèrent le sens de cette hécatombe et furent condamnés à mort au cours du conflit en France, 750 en Italie, 306 au Royaume Uni. Les Tirailleurs sénégalais ne furent pas épargnés, tels ceux fusillés sur ordre du général de Bazelaire pendant la bataille de l’Yser pour, épuisés, s'être refusé à marcher. 

La protestation de ces soldats a été porté à l’ écran dans plusieurs films comme “Uomini Contro” de Francesco Rosi (1970), traduit en français par «Les Hommes contre » ; “King and Country” de Joseph Losey (1964), en français « Pour l’exemple » ; “Paths of Glory” de Stanley Kubrick (1957), en français « Les sentiers de la gloire » , lequel ne sera exhibé en France que 18 ans après sa sortie.

 Après s’être confrontées à nouveau dans un conflit sanglant (1939-1945), qui provoqua 60 millions de morts parmi lesquels 26 millions de  soviétiques et 8 millions d’allemands, une hécatombe dont la France tôt défaite et collaboratrice du régime d’occupation nazi a été en partie épargnée  (560 000 morts dont 17 000 Africains) , la France et l’Allemagne vivent aujourd’hui apaisées et, selon toute apparence, réconciliées au sein de l’Union européenne tandis que le Royaume Uni s’ en écarte. La stabilité et la pérennité de cet ensemble hétérogène, de construction fragile, auquel l’ Académie norvégienne a rendu hommage en lui décernant le Prix Nobel de la paix, repose sur l’union de ces deux ex-belligérantes, nations de générations nouvelles mais qui se trouvent confrontées , au Moyen Orient, en Afrique, en Europe à de nouveaux conflits, à de nouvelles rivalités aussi absurdes et inutiles que cette  guerre vécue par leurs ainés, des ainés qui étaient en réalité de jeunes recrues de 18 ans, auxquels la France, l’Allemagne et le Royaume Uni, reconnaissants et compatissants, rendent ce 11 Novembre, un hommage amer et douloureux. Ces nations pleurent leurs morts mais ne sont guère émues des morts qu’elles contribuent à causer: la France, le Royaume Uni et l’Allemagne sont, respectivement, le troisième, le quatrième et le cinquième exportateur d’ armes dans le monde.

 

 

Patrick Howlett-Martin

Diplomate. Auteur, notamment, de «Brésil : l’émergence contestée d’une puissance régionale », L’Harmattan, Paris, 2016 (332 pages)  et « Art, Nationalism and Cultural Heritage : Artworks Belong Where They Are Found », Columbia, USA, 2017 (279 pages).

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.