CTM : la gestion d'Alfred Marie-Jeanne était-elle exemplaire ?

Après la fusion de la Région et du Département, donnant lieu en 2015 à la création de la Collectivité Territoriale de Martinique, les premières disputes entre élus ont fait rage lors du vote du premier budget.

ctm

Ce dernier étant alors, l’addition des budgets des deux anciennes collectivités, l'équipe d’Alfred Marie-Jeanne, « Gran samblé pou ba peyi a an chans » élue majoritairement, n’a cessé de "crier" au déficit abyssal de la région. Alfred Marie-Jeanne accusant même directement Serge Letchimy " Ensemble pour une Martinique Nouvelle " de corruption.

Un déficit pourtant démenti, le 14 septembre 2016 par un rapport de la Chambre Régionale des Comptes qui,  après enquête certifiait, en son avis N°2016-0147, d'un excédent du compte administratif de 535 110,20€.

Hormis les récurrentes batailles rangées contre l’opposition et aussi contre les membres de sa propre majorité, Alfree Marie-Jeanne, aujourd'hui ex-président du Conseil Exécutif de la Collectivité a, durant ces 5 années, affirmé « sans ambiguité » comme il aime à le répéter, être le sauveur, celui qui avait redressé les finances de la CTM, tout en maintenant un niveau d’investissement ambitieux.
Pourtant, nombre d’entreprises, associations et autres structures dépendantes des fonds ou subventions de la Collectivité soutenaient le contraire, certifiant n'avoir reçu aucun paiement.

Au regard des documents confidentiels que nous avons pu nous procurer, ce n'est qu'entre 2020 et 2021, soit à la fin de la mandature d’Alfred Marie-Jeanne, que les subventions latentes parfois depuis 2016, ont été versées. Plusieurs milliers de chèques-voyages sont distribués, les dépenses de la collectivité augmentent d’ailleurs, de manière exponentielle sur cette période.

Pourquoi donc plusieurs millions sont-ils dépensés, jusqu’au dernier jour de la campagne ? Le bien fondé de l’attribution des aides compensatoires liées à la crise Covid-19 est-il réel ? La Collectivité est-elle aujourd’hui déficitaire ? Quel en est le taux d’endettement réel ? Pour quelle durée ?


Principe de la terre brûlée ?

L’équipe sortante aurait-elle liquidé tous les avoirs pour mettre en échec la gouvernance fraichement élue?
Les chiffres sont pour le moins inquiétants. La Collectivité de Martinique aurait dépensé 105 M€ au premier trimestre 2021. Entre  2020 et 2021, pas moins de 275M€ sont programmés.
2 Millions d'euros sous forme de chèques-voyages (1M€ CTM + 1M€ ANCV) ont été distribués en pleine pandémie. Il y a lieu de se poser des questions. Y avait-il urgence à signifier aux martiniquais que leur bien-être était bien au coeur des préoccupations de la collectivité ? Surtout que la pandémie interdisait les déplacements et les voyages de loisirs.
S’agissait-il de rattraper un retard ? Les chèques voyage arrivaient-ils à expiration ?  Etait-ce une stratégie de communication subliminale ? Ou bien, et c’est la pire des hypothèses, une liquidation volontaire de l'ensemble des avoirs dans le seul but de mettre en difficulté la nouvelle gouvernance ?
Toujours, selon nos informations, la dette par habitant, passe de facto de 1980€ en 2020 à 2650€ en 2021.

Autant d'interrogations qui nécessitent éclaircissement. Les prochaines plénières sauront-elles s'en emparer et lever les doutes sur la gestion des deniers publics ?

Patrick JEAN-PIERRE et Myriam MALMIN

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.