Patrick Ladislav
Chef de projet
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2022

Les convergences de luttes nous détournent-elles de l’essentiel ?

Les luttes pour la liberté, pour les droits de chacun ne sont-elles pas en train de nous aveugler ? de nous disperser ?

Patrick Ladislav
Chef de projet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La moitié des électeurs n'ont pas daigné voter. 
Les députés écologistes sont moins nombreux que ceux d'extrême-droite.
On parle de retraite, du droit des femmes à disposer de leur corps... Des sujets importants.
De police, de milles sujets intéressants. 
La guerre en Ukraine, comme toutes les guerres est économique. C'est la première guerre liée au chaos météorologique. La capacité de produire des richesses agricoles, la possession de l'eau redeviennent centraux dans le jeu de pouvoir des nations du monde. Le dérèglement climatique a mis fin à l'abondance. Les sécheresses, la grêle, les coups de gel, diminuent la production mondiale de denrées alimentaires.
L'inflation n'est pas temporaire, elle est liée au dérèglement de notre atmosphère. "Il n'y a plus de saison ma bonne dame".
Devant cette réalité que tout le monde sait, particulièrement ceux qui nient la réalité, nous voyons partout sur terre les peuples se perdre dans des radicalismes. Les USA vivent les pires récoltes de leur histoire, et le pays se déchire autour du corps des femmes, le droit d'avorter n'est pas juste une question de considération sur l'existence du fétus en temps qu'être vivant ou non, c'est le retour de l'interdiction des corps, de faire l'amour en liberté, car aucun moyen de contraception n'est fiable à 100%. Dans l'agenda des conservateurs américain, le droit à la contraception est la prochaine bataille. C'est le retour d'une société de restriction, d'invasion de la sphère privée. Ces gens ont pour projet d'interdire le cul, d'interdire la liberté individuelle. Un fascisme à peine déguisé.
En Europe aussi, les radicalismes s'attaquent aux libertés individuelles, sous de multiples formes, mais toujours dans la même direction. L'invasion de la sphère privée par le pouvoir.
Et pendant que les uns et les autres s'affrontent sur des sujets de société, nous continuons notre course en avant vers la destruction de notre environnement.
Des personnes que je respecte, se sont jeté corps et âme dans une lutte contre la chasse, je comprends leur engagement, mais l'effondrement de la biodiversité se charge de tuer le vivant bien plus efficacement que quelques vieux chasseurs à l'instinct de mort affirmé. 
Quand prendra-t-on la mesure du réel ? plus de cent villes du nord de l'Italie n'ont plus d'eau courante la nuit, les lacs sont vides, la pression des eaux salées maritimes est en train d'envahir les terres des littorales, les rendant infertiles, les nappes phréatiques s'assèchent. Nous continuons de rêver de croissance, alors que nous ne pourrons plus nous nourrir bientôt. Boire ? de gros risques de rupture d'eau potable au Maroc inquiètent les scientifiques. 
Quand l'humanité est confrontée au risque alimentaire, quand l'eau vient à manquer, alors vient le temps des barbares. 
Une étude a tenté d'expliquer pourquoi Sapiens --à quelques exceptions près car certains semblent être plus des porcs et des hyènes-- a passé cent milles années sans évolution notable des savoirs et des connaissances. Nous avons été des nomades chasseurs-cueilleurs. Puis, la révolution du Néolithique, s'est traduite en une accélération fulgurante de l'humanité, qui en moins de 10 000 ans a conquis la terre, mis les pieds sur la lune, et créé cette immense ruche mondialisée ou les distances n'existent plus grâce aux réseaux numériques. Pendant 99% de notre histoire, notre espèce n'en était qu'une parmi beaucoup, sans démographie exponentielle, sans transformation réelle de notre environnement, nous n'avions que mis fin aux mammouths et à quelques grands prédateurs qui nous prenaient pour proie.
Pourquoi, l'histoire de l'humanité s'est soudain accélérée ? quel est le facteur extérieur qui a permis à l’homo Sapiens de devenir l'humanité, d'inventer la ville, la culture, de démultiplier son confort et son espérance de vie ? Cette étude démontrait que à cette même époque, il y eu une stabilisation du climat, les saisons se sont marquées, les caprices météorologiques sont devenus plus rares. L'agriculture est devenue notre moyen de subsistance.
Nous mettons fin au principal facteur de notre réussite en temps qu'espèce. Nous consommons n'importe quoi, voyageons pour le plaisir, conduisons de gros véhicules qui pèsent 20 fois notre poids pour aller au boulot dans le confort d'un SUV. Nous nous déchirons sur des luttes sociales alors que bientôt il n'y aura plus de société. Aujourd'hui moins de 20% des élus au Parlement français semblent l'avoir été pour leur conscience écologique. Nous sommes condamnés à l'absurde, au suicide collectif de nos sociétés. 
C'est dommage, j'aimais bien Mozart, le sublime, l'extraordinaire beauté des créations de nos diversités, la capacité de compréhension de notre monde, lire un traité de mécanique quantique...

SHOWYOURSTRIPES.INFO

(Je ne comprends pas grand chose à la mécanique quantique, j'aime juste être abasourdis par la capacité d'abstraction de ce domaine scientifique, qui s'exonère de la logique que nous connaissons à l'échelle humaine.)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum