La vérité sur Philippe Goj, le président du Ciamt

Dans le monde du travail, les risques de survenues de maladies mentales chez les salariés s’avèrent assez inquiétants. Conscient de la nécessité d’une prévention efficace, Philippe Goj est l’une des personnes fortement engagées aujourd’hui dans la santé au travail à la tête du CIAMT.

Son objectif est de travailler en faveur du bien-être et de la santé des travailleurs. Pour cela, sa formation professionnelle, son mandat à la tête du CIAMT et ses convictions sont les principaux moyens qu’il utilise. Découvrez ici qui est le président du CIAMT et comment il agit pour la santé des salariés en région parisienne.

Mais qui est Philippe Goj ?

Philippe Goj Philippe Goj
Fils d’un artisan électricien, Philippe Goj voit le jour en 1957. Surement influencé par la profession de son père, il montre très tôt un grand intérêt pour l’électricité et l’électronique. C’est donc autour de ces deux secteurs d’activité qu’il oriente sa carrière. Entrepreneur, artisan, enseignant, syndicat, dirigeant d’entreprise, il porte aujourd’hui plusieurs casquettes. Mais la surprise, dans son parcours professionnel, vient de son implication dans la médecine du travail. à l’origine, il n’a reçu aucune formation dans ce domaine. Cela ne l’a malgré tout pas empêché d’initier de nombreuses réformes visant à rendre la médecine du travail plus efficace pour chaque salarié. à travers sa carrière et ses luttes, on se rend compte que Philippe Goj est un homme de conviction, déterminé et engagé. Il n’hésite d’ailleurs pas à poser des actes concrets en vue d’aider les artisans et les travailleurs à avoir une vie plus simple et plus facile. Toutes ses capacités et ses compétences, il a su les développer en suivant diverses formations professionnelles, qualifiantes et diplômantes. 


Quelle est la formation de l’homme qui réveille la santé du travail ?

On est en 1979, un jeune homme de 22 ans fait son entrée à l’Ecole Centrale de Lille pour des études d’ingénieries. Acharné au travail, passionné et curieux, il réussit à tous ces examens et repart 3 ans plus tard, en 1982, avec son diplôme d’ingénieur en poche. Mais loin de s’en contenter, il poursuit sa formation au sein de l’Université Paris Dauphine. Là encore, il se montre déterminé à réussir, ce qui lui vaut un DESS (Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées) en contrôle de gestion en 1984. Il est alors âgé de 27 ans et a de nombreux projets en tête. Cependant, ses compétences ne se résument pas à cela, puisqu’il assurera la fonction d’enseignant en sécurité électrique quelques années plus tard. Il dispose également d’une connaissance étendue de la médecine du travail. Toutes ces compétences lui sont d’ailleurs très utiles dans sa carrière. Son nom ? Philippe Goj, évidemment.

Carrière et parcours professionnel d’un homme déterminé

La carrière de ce passionné d’électronique et d’électricité comment au cours de l’année 1985. Il se lance premièrement en tant que directeur de travaux et devient, presque immédiatement membre de la Chambre syndicale des artisans-électriciens de l’Île-de-France. Il deviendra président de cette Chambre en 1993. Mais avant, il consacre l’année 1991 à la création de son entreprise SARL Goj. Située à Blanc-Mesnil, c’est une entreprise dont l’activité tourne principalement autour de la construction. Ses employés sont ainsi chargés de monter des installations électriques et des systèmes de sécurité électrique. La même année, il intègre le bureau de la FEDELEC, dont il deviendra président de 1997 à 2017.

1997 est d’ailleurs une année très chargée pour l’entrepreneur, car il cumule plusieurs charges. Il devient Directeur de publication de l’Artisan Électricien, Électronicien et assume cette fonction jusqu’en 2013. Il devient aussi administrateur à Prometelec et le reste jusqu’en 2007. Dans le même temps, il assume le rôle d’enseignant pour des stagiaires et autres passionnés d’électricité. On estime à plus de 10 000, le nombre de personnes à qui il a enseigné le métier d’électricien et d’expert en sécurité électrique. Il entre, de plus, à l’ASFODELEC en qualité de président jusqu’en 2017.

Entre 1998 et 2003, il exerce en tant que trésorier auprès du Fonds d’assurance formation des métiers et services. L’année suivante, il est élu président au sein du Conseil national de l’équipement électrique. Il est réélu à ce poste en 2003 et en 2007. Ses compétences et son parcours lui ont permis d’intervenir auprès de divers commissions et organismes.

La contribution de Philippe Goj à l’adoption de réformes, normes et règles en tous genres commence et concerne l’UTE C15.100 travaux neufs. En 2002, il enchaîne avec l’UTE C15.600 mise en sécurité. Vient ensuite, en 2003, l’établissement d’un référentiel de diagnostic de sécurité relatif à une installation électrique ainsi que la Démarche Confiance Sécurité de EDF. En 2007, il patronne la norme XP16.600 diagnostique électrique. Un an après, c’est à la CNEE qu’il soutient la création d’un guide pour les travaux de mise en sécurité. En 2012, il aide à refaire ce guide et en 2014, il assiste AFNOR pour la réforme C15.100 travaux neufs et XP16.600 diagnostic électrique. Il arrive à la tête du CIAMT en 2017.

Mission et rôle du président du CIAMT

Pour son mandat en tant que président du CIAMT, Philippe Goj entend faire évoluer l’implication de la médecine du travail dans la santé des travailleurs. En effet, la médecine du travail a toujours été concentrée sur les visites de santé obligatoires pour les travailleurs, la détection des maladies et la fourniture de certificats d’aptitude. Mais depuis le 1er janvier de l’année 2017, une réforme survenue dans le domaine de la médecine du travail entend orienter celle-ci beaucoup plus dans le sens de la prévention. Ainsi, le président du CIAMT veut amener les entreprises à adopter cette nouvelle réforme et à agir en vue de prévenir l’apparition des maladies mentales et autres maux du travail. Pour cela, il met en place des séances d’information, de sensibilisation et de formation pour les employeurs et les employés des entreprises. Ceux-ci sauront ainsi quoi faire concrètement pour éviter ces maladies et assurer le bien-être des travailleurs. Ce sont des solutions comme la prise de pauses régulières, la mise en place d’une meilleure communication et la mise à disposition de certains outils qui sont les fers de lance de cette stratégie. A ce jour, 30 000 entreprises ont déjà rejoint le CIAMT et adopté ces nouvelles réformes en région parisienne. Le président de l’association entend pourtant ne pas s’arrêter là et convaincre toutes les entreprises restantes à adhérer à sa cause.

Qu’est-ce que le CIAMT ?

Le CIAMT - Centre Inter-entreprises et Artisanal de santé au travail, est une association à but non lucratif (loi 1901) Le CIAMT - Centre Inter-entreprises et Artisanal de santé au travail, est une association à but non lucratif (loi 1901)
Le CIAMT, Centre inter-entreprises de Médecine du Travail et de Santé au Travail est une association à vocation non lucrative qui a vu le jour en 1953. Son existence est agréée par la loi 1901 du Ministère du Travail. Son rayon d’action est Paris, la capitale de la France et toute la région parisienne. Il a à sa tête un président et est administré par un conseil composé des représentants de chaque entreprise membre de l’association. Cette association dispose de plus de 30 centres médicaux dédiés à la médecine du travail et de 6 centres mobiles répartis dans sa zone d’intervention. Plus de 350 personnes collaborent avec la CIAMT pour lui permettre d’atteindre ses objectifs. Ce centre mène diverses actions, dont les conférences, les formations et les séances de sensibilisation et d’informations. Elle a une réputation bien établie et son président actuel entend bien faire croître celle-ci en modifiant les actions qu’elle a menée jusqu’à ce jour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.