Qui est Patrick Legembre, le nouveau Directeur de recherche de l’INSERM de Limoges ?

Patrick Legembre est chercheur en médecine, spécialiste des cancers du sein et du lupus. Depuis février 2020, il occupe le poste de Directeur de recherche à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) de Limoges.

Patrick Legembre, directeur de recherche à l'Inserm Patrick Legembre, directeur de recherche à l'Inserm
Patrick Legembre est né près de Paris le 1er octobre 1974. Il commence ses études à l’Université de Bordeaux et obtient son doctorat en 2002. Il se rend ensuite aux Etats-Unis et poursuit une formation postdoctorale au sein de l’Université de Chicago aux Etats-Unis. Il mène des travaux de recherche sous la direction du Professeur Marcus Peter pendant plus de 2 ans. Ses travaux sont centrés sur le développement des cellules cancéreuses et leur propagation dans l’organisme – le processus métastatique induit par les récepteurs de mort. Patrick Legembre retourne ensuite en France, et plus précisément à Bordeaux, où il crée un premier groupe de recherche. En 2010, il s’installe à Rennes et créé une nouvelle équipe, puis à Limoges en 2020. 

Travaux et recherches menés sur le cancer du sein et le lupus

Patrick Legembre mène des recherches sur un récepteur mort appelé CD95 (Fas), et son ligand CD95L (FasL), qui entraînent la progression du lupus et l’apparition de métastases chez les patientes souffrant d’un cancer du sein. 

Le lupus est une maladie inflammatoire chronique, qui concerne davantage les femmes que les hommes. En effet, sur 10 patients atteints de lupus, 9 sont des femmes. Et en général, cette maladie se déclare chez les jeunes femmes âgées de 15 et 30 ans. Le lupus est présent partout dans le monde, mais il apparaît que certaines ethnies sont plus touchées, comme les populations noires (et notamment les antillais et afro-américains) et asiatiques. En France, cette maladie concerne entre 20.000 et 40.000 personnes. La maladie revêt des formes multiples, et zones touchées varient d’une personne à l’autre mais elle se manifeste le plus souvent par des lésions au niveau de la peau et des douleurs articulaires. Elle peut également affecter les reins, les poumons et le système nerveux. S’il n’est pas pris en charge, le lupus peut conduire à la mort dans certains cas. En effet, les défenses immunitaires se retournent contre l’organisme et entraînent l’autodestruction de certains tissus. 

Patrick LEGEMBRE - Prix Ruban Rose Avenir 2016 © RubanRoseOfficiel

L’objectif principal de Patrick Legembre est de comprendre le fonctionnement du CD95 (Fas), responsable de la progression du lupus. Il cherche ainsi à améliorer les symptômes cliniques dans le lupus. Après plus de quinze ans de recherches, le chercheur a développé des molécules thérapeutiques qui préviennent le risque de métastases dans le cancer du sein. Les métastases sont des tumeurs formées à partir de cellules cancéreuses et qui ont migré par les vaisseaux lymphatiques ou les vaisseaux sanguins dans une autre partie du corps. 

Afin de concrétiser ses recherches, Patrick Legembre expérimente les médicaments qu’il développe à l’aide de tests réalisés sur des animaux, et notamment des souris, porteuses du lupus. Les résultats sont encourageants : certaines molécules testées sur ces derniers ont été validées. Ce qui lui a permis de créer le médicament DB550. Son objectif est de bloquer le rôle pro-inflammatoire du CD95L. Il a réussi à soigner des souris qui atteintes du lupus. 

Grâce à ses travaux, Patrick Legembre est reconnu en tant qu’expert du métastatique de CD95. Il a ouvert la voie au ciblage de CD95 (Fas) dans le lupus et les cancers du sein, qui permettra de développer de nouvelles thérapies pour les patients.

En plus de ses recherches, Patrick Legembre est membre de plusieurs conseil scientifique Il rejoint en 2008 le conseil scientifique de l’INSERM et le quitte en 2012. Un an plus tard, en 2013, et jusqu’en 2017, il est membre du Conseil scientifique de la Ligue nationale contre le cancer. De 2009 à 2018, il est éditeur associé du journal Recent Patents on Anti-Cancer Drug Discovery. En 2015, le scientifique est promu Directeur de recherche au Centre de lutte contre le cancer Eugène Marquis à Rennes. Enfin, le 1er Février 2020, Patrick Legembre est nommé directeur de recherche à l’unité de Limoges de l’INSERM. Il participe également à l’organisation du premier et deuxième congrès international scientifique « Cell Death in Cancer » à Saint-Malo en mai 2012 et 2017.

 

Publications et récompenses obtenues

Les nombreux travaux de Patrick Legembre ont été publiés dans plusieurs ouvrages scientifiques internationaux. Les revues américaines Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) et PLOS Biology ont publiées ses recherches en 2011. Cinq ans plus tard, en 2016 la revue Immunity publie aussi un article faisant état des recherches et avancées de Patrick Legembre. 

En 2018, le chercheur publie CD95 : Methods and Protocols, un ouvrage qui détaille les méthodes et protocoles les plus utilisés pour étudier les rôles apoptotiques et non apoptotiques du CD95. Les chapitres explorent les méthodes moléculaires, biochimiques, cellulaires et les modèles animaux afin de mettre en lumière les fonctions biologiques de cette cytokine. Il a également rédigé plus de 70 articles de recherche avec comité de lecture dans des journaux scientifiques nationaux.

Patrick Legembre travaille sur une nouvelle revue scientifique, Frontiers in Cell and Developmental Biology Signaling qui sera publiée très prochainement. Une série d’articles, fondés sur les recherches menées avec le chimiste Mickael Jean de l’Université Rennes 1 et le modélisateur Nicolas Levoin sera également publiée dans Probing the side chain tolerance for inhibitors of the CD95/PLCγ1 interaction. Ils détailleront le mécanisme d’action du DB550 sur la voie de signalisation CD95. 

Enfin, Patrick Legembre a été récompensé de nombreuses fois pour ses travaux scientifiques dans la recherche sur le lupus et le cancer du sein. En 2007 et 2012, il reçoit le prix ANR young scientist. En 2012 et 2017, le scientifique et son équipe de recherche reçoivent le prix de la Ligue contre le cancer. En 2016, il reçoit le prix Avenir Ruban Rose et le prix de la Fondation Banque Populaire de l’Ouest Avenir, pour ses travaux sur le cancer du sein. Et le prix Jean Valade de la Fondation de France en 2018, pour ses recherches sur le lupus et le cancer du sein.

Le prochain objectif de Patrick Legembre et de son équipe de recherche est de développer des molécules thérapeutiques afin des créer des médicaments destinés aux hommes et femmes atteints du lupus. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.