Patrick Nicolini
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2015

Patrick Nicolini
Abonné·e de Mediapart

NICOLAS SARKOZY, LE VRAI SUICIDE FRANÇAIS

Après avoir hystérisé, sous couvert de rupture créatrice, un pays tout entier, nous soufflions un peu et commencions l'aventure Hollandaise pour le meilleur et pour le pire, mais quoi qu’on en pense sur le fond, dans un climat psychosociologique plus calme.

Patrick Nicolini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui a travaillé dans une entreprise grande ou petite connait le harcèlement moral, devenu un délit, il consiste à terroriser un employé pour le faire céder. Il s’agit souvent de le pousser à la démission, ou de faire pression pour influencer ses décisions. La méthode est souvent la même qui consiste à briser son image, créer un sentiment d’insécurité en blessant sa dignité et le respect qu’il a de lui-même. Les conséquences peuvent être le suicide de l’employé, toujours la dépression, et presque toujours la victoire de l’employeur harceleur. Généralement, l’ambiance se dégrade pour tous les autres salariés qui entre peur et dégout subissent de façon indirecte la perversité narcissique du chef responsable de ce genre de climat.

Nicolas Sarkozy semble être adepte de cette méthode de management à l’échelle de la société française. 

À la fin de ses cinq années de présidence, excepté ses plus fidèles soutiens, nous étions nombreux à partager, tous bords politiques confondus, le soulagement d'être débarrassé du Président qui était devenu, indépendamment de ce chacun pouvait penser de sa politique économique, humainement insupportable. 

Après avoir hystérisé, sous couvert de rupture créatrice, un pays tout entier, nous soufflions un peu et commencions l'aventure Hollandaise pour le meilleur et pour le pire, mais quoi qu’on en pense sur le fond, dans un climat psychosociologique plus calme.

Revenaient alors en mémoire ces moments de colère, d’incrédulité, de peur et de honte que nous avions traversés de 2007 à 2012 ; mais surtout ce matin de février 2008 où écoutant les infos à la radio, je hurlais de rage et renversais mon café en entendant sa dernière trouvaille : il proposait de faire parrainer par chaque écolier de CM2 un gamin juif gazé dans les camps de concentration.

Mes propres enfants étant encore à l’école à cette époque, j'étais réellement paniqué, pris de tremblements, les pires idées me passaient par l’esprit, moi le bourgeois de centre gauche, le démocrate bon teint, le républicain modéré, allais-je rejoindre Tarnac ? Allais-je me radicaliser ? Non ! Car dans l’après-midi, Mme Simone Veil mettait un terme à ce projet mortifère d’une phrase laconique qui laissait transparaitre, malgré son sang-froid légendaire, un effroi pareil au mien : « inimaginable, insoutenable et injuste »

En instrumentalisant nos enfants pour un effet d’annonce politicien, ce monsieur avait profané la société, confondant devoir de mémoire et deuil sans fin, il voulait faire porter le crime de notre histoire sur les épaules de nos filles et de nos fils. Je sus ce jour-là que rien ne serait plus jamais comme avant et que l’insécurité venait d’en haut. La suite du quinquennat en fut la preuve.

Mardi 17 Mars au soir sur TF1  Monsieur Sarkozy, bien que muté et dégradé dans un autre service recommençait son harcèlement national. Avec cette manie de s’attaquer aux plus petits que lui dans la cour de récrée, il repartait à l’attaque des enfants en soutenant l’indigne mesure du maire UMP de Chalon-sur-Saône qui consiste à interdire les repas de substitutions dans les cantines scolaires.

Pour faire un mauvais jeu de mots, on pourrait dire qu’après avoir tenté de profiter de la Shoah, cette nouvelle ignominie n’est qu’alimentaire, et même que s’insurger contre ces propositions, c’est encore lui rendre service ; grâce aux réactions prévisibles de la gauche « bien pensante », il reprend la main, revient au centre du jeu et impose son agenda. Mais la malfaisance et le cynisme sont tels que ne pas répondre serait être complice.

Il ne s’agit pas de reprendre ici la liste de tous les arguments des acteurs politiques de gauche et de droite (même les plus improbables !) qui critiquent cette ignominie. Je n’en avancerai qu’une seule.

Sur la base de l'argument qui consiste à dire qu’en disant lutter contre le communautarisme, il ne fait que repousser les Français musulmans vers les écoles confessionnelles et donc qu’il incite au communautarisme scolaire, on peut aller plus loin.

Si l’on prend au sérieux la doctrine de Manuel Valls sur le peuplement du pays dans la mixité, on peut dire que la sortie de Nicolas Sarkozy à un double fond tactique assez évident. Car non seulement les musulmans français seront incités à orienter leurs enfants vers des écoles confessionnelles comme dit plus haut, mais surtout, le message est envoyé aux maires UMP qu’ils n’ont eux aussi qu’à refuser les menus de substitution pour trier leur population.

D’un côté, on affiche l’argument que la laïcité autoritaire a une vertu « éducative » qui consiste à imposer aux minorités une assimilation par l’école publique, en abandonnant leurs pratiques d’interdits alimentaires, mais dans le même mouvement on incite, sans le formuler, les maires qui le souhaitent à choisir leur population en choisissant les menus scolaires.

Ainsi la politique de peuplement annoncée est entravée par avance puisque menu non mixte impliquera population non mixte et qu’aucun programme ou loi de type SRU ne permettra de redistribuer les populations socialement défavorisées et principalement étrangères et musulmanes.

Ainsi, l’argument « républicain » s’avère être un mensonge et le communautarisme sera définitivement installé, sans espoir de retour. Les villes deviendront définitivement des ghettos.

Ainsi avec le retour de Nicolas Sarkozy au-devant de la scène, le harcèlement de la société française va reprendre de plus belle. Aux commandes de son nouveau parti « Les Républicains », il va contribuer une nouvelle fois à hystériser le débat, humilier une partie de nos concitoyens et aggraver la désunion de notre pays et ce sera vraiment le suicide français.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.