Patrick Prado
chercheur en sociologie au CNRS, cinéaste documentariste
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2020

Mario Costa est-il antisémite?

l’anti-iconisme de la tradition hébraïque aurait-il joué un rôle dans l‘apparition de l’art abstrait, non figuratif, dans l‘entre deux guerre et après la seconde guerre mondiale, avec l’arrivée dans les grandes capitales, de Paris à Rome et New York, d’artistes juifs devenus célèbres? Polémique en Italie contre cette thèse taxée d'anti-sémitisme.

Patrick Prado
chercheur en sociologie au CNRS, cinéaste documentariste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ebraismo e arte contemporanea © Mario Costa

À la suite du texte publié il y a quelques jours par Médiapart et de nombreux organes de presse concernant la définition de l’antisémitisme et signé par 122 intellectuels arabes, européens, nord américains et du Moyen-Orient, je me fais les réflexions suivantes. 

Est-il possible aujourd’hui d’être à la fois un militant contre l’antisémitisme et pour la reconnaissance du fait national en Palestine ? Mieux : quelqu’un se reconnaissant comme sioniste de gauche, c’est-à-dire préconisant dans la même légitimité le droit des Juifs et des Palestiniens aux mêmes droits sur leur terre, peut-il se faire refouler d’Israel, donc de Palestine, comme cela m’est arrivé il n’y a guère? Pourtant, comme me le dit un ami israélien, l’antisionisme est aujourd'hui obsolète : qui peut aujourd'hui penser (ou souhaiter) que l'état d'Israël puisse disparaître ?  La question est plutôt d'être capable de distinguer l'antisémitisme d'une critique de la politique du gouvernement israélien, notamment à l'égard des revendications palestiniennes. Bref, on peut se faire accuser d ‘antisémitisme si l’on est antisioniste, on peut aussi se faire accuser d antisemitisme si l‘on est sioniste (et pro-palestinien). Cette crainte souterraine de prêter le flanc à cette terrible accusation d’anti sémitisme va jusqu à faire se poser la question de savoir si l’on peut placer  le mot « juif » dans une simple conversation;  de savoir si  l’on peut écrire le mot «juif » dans un texte littéraire,  historique,  ou un essai esthetique. La question vient de se poser à un auteur italien de mes amis, philosophe, professeur d’esthétique a l’Université de Salerne, historien des avant-garde du XX ème siècle, reconnu comme un analyste de l’ « esthétique de la communication » et du « sublime technologique ». Mario Costa a publié il y a peu  un texte intitulé «Ebraismo e arte contemporanea ». Et les foudres de la « provocation antisémite » lui sont tombés dessus si l’on peut dire à bras raccourcis. Que dit ce texte? Il émet la théorie - déjà bien débattue,  que l’anti-iconisme de la tradition hébraïque aurait joué un rôle dans l‘apparition de l’art abstrait, non figuratif,  dans l‘entre deux guerre et après la seconde guerre mondiale, avec l’arrivée dans les grandes capitales, de Paris à Rome et New York, d’artistes juifs, souvent célébrés, d’Isidore Isou à Yves Klein, de Rauschenberg a Rothko, et bien d’autres. Quelle que soit la thèse, juste ou pas, a-t-il le droit de la postuler ? De l’étudier? D’en débattre? De la discuter, à la suite par exemple d’ Annie Cohen-Solal qui démontre (en 2013) comment l’arrivée des artistes juifs dans nos métropoles a été un facteur puissant de modernité. Il est vrai que Sol LeWitt, Lawrence Wiener, Dennis Oppenheim sont juifs, mais ont-ils créés en tant que juifs? Probablement pas. Mais la culture juive de l’image, ou de l’animage, a -t-elle pu « travailler » leur oeuvre? Oppenheim fait-il oeuvre juive quand il dessine des cercles sur la glace, bientôt disparus? Poser la question n’est pas plus un péché que de la poser a Tal Coat s’il est Breton quand il est réaliste ou abstrait. Il y a bien de l’influence de sa Bretagne natale quelque part. Ce genre de question devient impossible avec la polémique « black face » interdisant à un Blanc de penser, de jouer un personnage noir. Seul un Breton peut parler de la peinture bretonne contemporaine. Seul un Palestinien peut interpréter un personnage palestinien, à même de comprendre intimement la tragédie palestinienne, seul un Juif peut parler de la Shoah, à même de comprendre intimement l’immense tragédie du peuple juif, seul un auteur juif peut poser légitimement la question juive et se poser légitimement la question de l’image juive non figurative. Sartre serait aujourd’hui cloué au pilori. Que faire des Nègres de Jean Genet (1958) ? Les blanchir ? Ce n’est pas la peine : ils jouent tous des Blancs. Perec n’a pas écrit Les Choses en tant que juif, mais nul ne niera qu’il y a quelque rapport avec la vacuité du monde après la Shoah, jusqu’à l’absence de la lettre majeure de l’orthographe française dans son célébrissime La Disparition. De fait, nous sommes en présence de cette fameuse "cancel culture" ou « call out culture » (culture de la dénonciation) très en vogue sur les réseaux dits sociaux, importée des USA, forme de néo-obscurantisme "torquemadien" prétendument "de gauche" et qui voudrait bâillonner l'esprit et l'expression par son intolérance et son "purisme castrateur".  

Je ne suis personnellement pas nécessairement d’accord pour faire, comme  M. Costa, remonter la clef de la présence  juif dans l’art contemporain au respect des prescriptions de la Halakha, somme des obligations et règles remontant à Moise, je ne connais pas assez cette tradition impérative pour pouvoir discuter de son autorité et de sa prégnance. Cependant, je ne vois pas en quoi formuler ainsi ce qui est un  hommage à  la longue et étonnamment riche tradition juive rendrait M. Costa antisémite. Peut-être celui-ci s’avance t-il alors  parfois sans précaution en affirmant « La loro nuova presenza nell’arte dell’occidente l’ha prima profondamente modificata, poi l’ha liquidata, trasformandola in un’altra cosa ». Ce qui reste précisément a discuter. Kandinsky, précurseur s’il en est de l’art abstrait, n’était pas juif, mais  résolument antisémite. M. Costa a réouvert le débat. On ne peut que s’en réjouir. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié