patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

435 Billets

5 Éditions

Billet de blog 2 janv. 2012

Lettres d'engueulade

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est aux éditions de l'Arbre vengeur, un nom prédestiné, que Jean-Luc Coudray publie ses 62 lettres d'engueulade. Et il n'y a pas meilleure lecture en ce début d'année où nous sommes envahis d'une foule de voeux plus intéressés qu"intéressants et auxquels il ne nous est pas permis de répondre, si jamais l'envie nous en venait. Coudray est certainement le meilleur homme du monde et il ne ferait pas de mal à une mouche, mais trop, c'est trop - le voilà sorti de ses gonds - le monde décidément ne va pas comme il faut et nous sommes cernés par les produits les plus frelatés de notre société pourrie, sans pouvoir briser l'anonymat derrière lequel ils se réfugient. Coudray nous propose de déverser enfin le trop plein d'aigreur que nous avons accumulé - et comme il n'est pas question d'avoir recours à la violence - il a recours au seul moyen qui lui reste (et je doute qu'il ait une quelconque efficacité car les clones contre lesquels il se bat ne lisent certainement pas) et qui est l'écriture - pas des mails, pas flyers, pas des journaux publicitaires, pas des encarts dans la presse ou des spots à la TV - non, des lettres, comme on en écrivait jadis, comme des bouquins en proposaient des modèles, avec une adresse et des salutations distinguées ou méprisantes, selon le cas.

Coudray est quelqu'un de très bien élevé, il a une sainte horreur de toute forme de vulgarité. Il n'a donc recours que d'une manière exceptionnelle aux mots un peu crus -" con", à 4 ou 5 reprises, on m'accordera que c'est bénin et fort loin du vocabulaire utilisé à longueur de journée par une majorité de nos con (oh, pardon) citoyens . En revanche, il sait manier la vacherie qui détruit l'adversaire - être traité de "bouchon ontologique" n'est pas très agréable -; il sait dessiner un portrait totalement corrosif de ses victimes (mais, c'est lui qui a été la première victime). Et c'est à toute la socité, telle qu'elle existe, que Coudray en veut, du conducteur de 4 x 4 aux pubs qui défigurent nos villes, en passant par le témoin de Jehovah ou le présentateur TV ou le propriétaire du chien qui dépose régulièrement son étron devant sa porte ; il ne supporte pas ce monde où tout est marchandise, où le "naturel" est recouvert d'une telle couche de maquillage qu'il y faudrait des siècles pour le retrouver. Il part du principe que la "face exprime avec beaucoup d'éloquence [la] loi personnelle" de l'individu ; de l'employée de l'agence immobilière il dira que son "visage est commode comme une cuisine aménagée".

On pourrait penser que son procédé est un brin systématique mais de cette accumulation de détails, de traits plus horribles les uns que les autres naît une humanité qui a perdu, justement, toute une humanité, une galerie quasi surréaliste de monstres.

A chacun d'imaginer la lettre d'engueulade qu'il enverra à son plus cher ennemi : au facteur qui ne laisse que des factures et des demandes d'argent dans sa boîte aux lettres ; au bouffi d'importance qui passe son temps à faire son auto-promotion ; à l'autiste qui se referme comme une huître dès que l'on cesse de parler de lui ; au ....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua