patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

5 Éditions

Billet de blog 2 mars 2021

Pour mieux comprendre la situation en Biélorussie

Il y a quelques mois les événements qui ont suivi les élections truquées en Biélorussie ont fait la Une des journaux. Des manifestations monstres ont eu lieu dans les principales villes du pays, des grèves dans les usines. Pour essayer d'y voir plus clair, Le goût des tyrans, le livre de Ronan Hervouet est un outil d'une grande utilité.

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelques mois les événements qui ont suivi les élections truquées en Biélorussie ont fait la Une des journaux. Svletana Thikanovskïa, la candidate d'opposition réclamait qu'on reconnaisse sa victoire devant l'invraisemblance des scores qui maintenaient Alexandre Loukachenko au pouvoir.

Des manifestations monstres ont eu lieu dans les principales villes du pays, des grèves dans les usines - ce qui est tout à fait exceptionnel. Svletana, comme tant d'autres, fut obligée de se réfugier en Lithuanie ; elle trouve alors une oreille attentive auprès de l'Union européenne, mais sans que les sanctions promises soient à la hauteur des promesses faites.

Et la Presse n'a plus qu'un regard distrait à l'égard de ce qui continue de se passer à Minsk et dans d'autres villes de Biélorussie. Loukachenko rassuré par l'appui de la Russie continue de régner par la terreur. Et Svletana Thikanovskaïa est obligée de constater que « les Biélorusses sont un peu fatigués. C'est l'hiver, ils profitent du répit, ils accumulent de l'énergie » (interview dans La Croix du 7 février 2021)

Pour essayer d'y voir plus clair, le livre de Ronan Hervouet est un outil d'une grande utilité. Le goût des tyrans est sorti, en septembre 2020, aux éditions Le Bord de l'eau ; une traduction anglaise paraît ces jours-ci. Ronan Hervouet, professeur à la faculté de sociologie de l'Université de Bordeaux, est un spécialiste de la Biélorussie où il a vécu plusieurs années et où il a gardé de nombreux contacts. Il continue de creuser le terrain inauguré par Datcha blues. Existences ordinaires et dictature en Biélorussie (2009).

Il explore cette fois-ci le monde des travailleurs des kolkhozes. La tâche est loin d'être simple, tant la parole est muselée ou stéréotypée. Hervouet avance donc masqué dans « cette aventure ethnologique en (se) laissant ballotter dans les chemins de traverse que les occasions (lui) présentent, espérant ainsi, à petits pas, parvenir à recueillir des traces interprétables » (p.46).

L'approche de Hervouet est pleine d'empathie et de discrétion ; il ne juge jamais, il décrit et il essaie de comprendre ; il n'est jamais en position de surplomb et ne s'autorise jamais de son érudition pour prétendre imposer son point de vue ; il pousse l'héroïsme jusqu' à suivre ses interlocuteurs dans leurs libations d'une vodka pas toujours orthodoxe !

Il apparaît vite que pour la plupart des ses interlocuteurs, « la vie 'normale', acceptable et désirable est définie par l'Etat ». Et s'il y a des problèmes, « les difficultés économiques sont attribuées à des incompétences morales qu'il faut corriger par des mesures coercitives pour ceux qui ne reconnaitraient pas les supposés bienfaits matériels et symboliques du régime. » (p.32/33) Mais ça c'est pour la façade.

La surprise vient de que tout le monde, à quelque niveau que ce soit, du directeur du kolkhoze au moindre travailleur ; se tire d'affaire en trafiquant, en volant. « Tout le monde vole parce que ce n'est pas la propriété privée », dit cyniquement un des indicateurs d'Hervouet.

Le paradoxe de la Biélorussie, cette dernière réplique du totalitarisme soviétique sur laquelle la perestroïka n'a eu aucun effet, tient au fait que la restriction des libertés est acceptée par le plus grand nombre : d'abord, parce qu'elle paraît moins grave que ce que les Biélorusses ont vécu lors de la Seconde Guerre Mondiale de la part des Allemands et des Soviétiques - et il est possible de profiter de quelques retombées d'une société de consommation ; ensuite, parce qu'il y a ces accommodements avec la loi qui permettent aux gens de tenir le coup.

A cela s'ajoute que le pouvoir promeut « des valeurs de solidarité et de sens du collectif qui donnent sens aux existences ordinaires » et que la peur de la répression toujours possible reste forte.

Dans ces conditions pourquoi se révolter ?

Hervouet note que vu de la campagne le combat des opposants paraît plutôt comme un caprice de privilégié.

Les choses sont-elles en train de changer ? Ou « le goût des tyrans », selon l'expression de Tocqueville qui sert de titre à ces analyses passionnantes, cette forme de servitude volontaire, conjugué à la violence de la répression sera-t-il le plus fort ? L'avenir le dira. L'espoir peut venir de cette nouvelle génération de jeunes issus du milieu paysan qui déserte la campagne pour chercher dans les villes des moyens de vivre mieux assurés.

« L'air des villes rend libres », disait Marx...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine