patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

421 Billets

5 Éditions

Billet de blog 4 mars 2014

Retour à Péguy

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                       En cette année du centenaire de la mort de Charles Péguy, Benoît Chantre nous donne avec Péguy, point final, aux éditions du Félin, un livre exigeant et éclairant sur cet écrivain injustement méconnu, en dépit de la gloire posthume qui fut la sienne. Les clés de lecture proposées par Benoît Chantre passent par Pascal dont la théorie des trois ordres se trouve convoquée pour expliquer le passage de l'histoire positiviste (ordre des corps) à l'histoire éthico-juridique (ordre des esprits) et de celle-ci à l'éternité christique (ordre de la charité) ; passent aussi par Bergson - qui lui doit plus qu'il n'y paraît - dont il conserve la théorie de la durée par opposition à une conception spatialisée  du temps et celle de l'intuition qui ouvre sur la puissance créatrice même.

                                        "L'écriture démocratique de l'histoire constitue le projet, scientifique et poétique que Péguy formule dès Notre Patrie, publiée aux Cahiers de la Quinzaine, le 22 octobre 1905."

                                         Péguy n'a pas de mots trop durs pour les historiens positivistes qui dominent en ce début de XXème siècle. Et cela m'a amusé de trouver sur ce thème une proximité avec cet "affreux bonhomme" de Guillemin auquel les admirateurs n'ont jamais pardonné d'avoir mis le nez dans les affaires (financières, éditoriales et privées) de leur grand homme. A écouter les conférences de Guillemin sur Péguy, je ne vois pas ce qui a pu déclencher une telle animosité, le mot est faible, contre lui (cf. sur ce point les pages excellentes de Patrick Berthier dans 60 ans de travail, Henri Guillemin, bibliographie (cahiers Henri Guillemin n°1, utovie) qui recensent quelques attaques au vitriol des péguystes-) Sans doute, lui a-t-on reproché de dire que Péguy ayant échoué dans toutes les ambitions qui étaient les siennes, était un raté. Le terme est cruel, il est vrai. Mais il semble contrebalancé par les déclarations tout aussi nombreuses de Guillemin où il affirme sa sympathie poue Péguy, un type auquel il aurait aimé serrer la main : il ne met pas en doute la sincérité de sa conversion et lui sait gré de n'avoir jamais, en dépit de quelques contorsions, renié la République ni le dreyfusisme.

                                          Guillemin n'aimait pas davantage le 'positivisme' dont on l'accusait, à tort, selon lui. Péguy et Guillemin ont en commun de vouloir une histoire qui s'éloigne de l'histoire officielle qui n'a pour tâche que de banaliser la force inauguratrice de l'événement. Une histoire "démocratique", mais sans doute, l'un et l'autre n'ont-ils pas la même conception du 'peuple' : il est le grand vaincu de l'histoire officielle que Guillemin démonte pour redonner au peuple et à ses défenseurs leur véritable place politique. Pour Péguy, le peuple est une entité mystique qui, dès l'origine' innerve l'histoire de la nation..

                                         Je ne sais pas si ceux qui reprochent à Péguy son nationalisme des dernières années, ceux qui lui reprochent d'avoir brûlé Jaurès après l'avoir adoré, d'avoir écrit quelques énormités sur Marc Sangnier, seront convaincus par la thèse de Benoît Chantre qui y voit tout au contraire d'un militarisme revanchard le point d'échappée assumé vers la source d'où tout peut recommencer. Point de rencontre entre Notre Patrie et Notre Père, en quelque sorte. Ce qui est au coeur de son argumentation, c'est la fonction même de la répétition si caractéristique du style dePéguy (j'y suis, pour ma part, assez rétif) qui est la tentative de dépasser par l'écriture la conception officielle de l'histoire positiviste (un progressisme assez plat que les faits dénoncent trop) pour entrer dans la dimension profondément créatrice du mouvement, qui ne peut se ressourcer qu'à répéter cela même dont il émane. Charles Coutel, dans une petite vie de Charles Péguy parue chez Desclée de Brouwer, parle de "l'énergétique morale" de Péguy. Ce qu'il oppose à l'"orléanisme" dont nous ne cessons de souffrir et qui est la trahison, par les héritiers, de la grandeur des commencements ; c'est cet orléanisme qui est responsable de la dégradation de la mystique en politique. Contre cette démission, et c'est bien ce que Péguy, à tort ou à raison, reproche à Jaurès, lire ou relire Péguy peut se révéler, dans le contexte qui est le nôtre plus qu'utile.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin