patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

433 Billets

5 Éditions

Billet de blog 7 mai 2022

1956, la Hongrie, vous vous souvenez ?

patrick rodel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                               Lecture du Journal de Sandor Màrai, Les années d'exil, 1949-1967 : Màrai rencontre des réfugiés hongrois en Allemagne après la reprise en main par les Soviets de la Hongrie qui s'était dotée d'un gouvernement démocratique, celui de Imre Nagy. Nous sommes le 10 novembre 1956. L'un d'eux lui dit :"Vous savez, il est déjà trop tard. Mais il y a eu quelques jours là-bas... du 23 octobre au 3 novembre peut-être ... quand le pays a eu un gouvernement que la soxiété hongroise entière a reconnu et soutenu...le gouvernement d'Imre Nagy... pourquoi l'ONU n'a-t-elle pas envoyé un groupe d'observateurs à Budapest ?" (...) "Au début,sans notre première exaltation première, nous avons même espéré autre chose, une aide armée, celle des forces d'intervention des Nations unies...  Cependant, les plus raisonnables savaient que ce n'était impossible. Les Nations unies ne s'engageraient pas dans une guerre à cause de la Hongrie... quelle en aurait été l'issue ? Le pays aurait été détruit, serait devenu un champ de bataille où les Russes auraient  pu expérimenter leurs armes nucléaires."  Un autre :"Nous avons cru que les Russes étaient d'accord pour que nous ayons le même statut que l'Autriche. Ou quelque chose de ce genre. Moscou avait reconnu que le soulèvement était légal et déclaré que les troupes russes allaient se retirer et que le pays serait libre. Mais nous, nous savions que les Russes resteraient à la frontière (...) Si au cours de cette dizaine de journées, une délégation des Nations unies était entrée en Hongrie, comme le demandaient Imre Nagy et le primat de Hongrie, les Russes auraient été obligés de discuter. Et alors tout aurait pu se passer autrement, y compris dans le monde soviétique. C'est trop tard maintenant."

                           Et en 1957, ceci :"Les Nations unies ont créé une commission watchdog   ( une commission de surveillance, textuellement "chien de garde" ) dont la mission est de 'surveiller la question hongroise'...Depuis le 4 novembre, c'est tout. Cette commission ne mord pas, mais elle n'aboie pas non plus."

                         "Le mémorandum des Nations unies (quatre cents pages) a conclu que la révolution hongroise était légale et son écrasement dans le sang par les Russes, illégal. Ensuite les sessions des Nations unies ont été ajournées jusqu'à l'automne et les délégués sont partis en villégiature."

                         Il n'est pas inutile de se rafraîchir la mémoire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame