Précipitation

Il paraît que les Français sont cartésiens. Ils démontrent pourtant, chaque jour qu'ils ne le sont ou pas autant qu'ils se persuadent de l'être. C'est la loi de l'information continue.

  Il paraît que les Français sont cartésiens. Ils démontrent pourtant, chaque jour qu'ils ne le sont ou pas autant qu'ils se persuadent de l'être. C'est ainsi que les médias viennent de se ridiculiser en se précipitant, tête baissée, dans une information mal vérifiée (l'arrestation de Dupont deLigonnès) - émission spéciale, convocation de tous les "spécialistes", de tous les journaleux en mal de copie qui ont écrit des bouquins qui ont dû se vendre, inénarrables micro-trottoirs où l'envoyé spécial interroge, ce matin même, des jeunes femmes qui n'ont visiblement rien à dire qui mérite la note de frais du dit envoyé.

               C'est la loi de l'information continue qui, à vouloir coller à l'immédiat, à redouter d'être prise de vitesse par la concurrence, ne prend pas le temps nécessaire pour se renseigner précisément et qui, tout excitée par cette "fait-diversion" (Noiriel) dont elle s'est fait une spécialité, occupe les antennes de ses répétitions obsessionnelles. La presse écrite n'a guère plus de recul. Cette manie de se copier, de s'entre-citer, de ne surtout pas vouloir avoir l'air de ne pas suivre le troupeau...., comment accorder foi au sérieux de tout cela, comment ne pas être tenté de se détourner de ces pseudo-informations ?

               J'aime à penser que les mêmes qui sont si prompts à juger les erreurs ou les lenteurs des autres vont présenter des excuses officielles à ce pauvre homme qu'ils avaient si vite identifié comme un tueur ; qu'ils vont même lui payer des dommages et intérêts. Mais je rêve. Reconnaître ses torts, est chose rare, dans le métier.

                               Discours de la méthode, deuxième partie, Principales règles de la méthode

                                       "Ainsi, au lieu de ce grand nombre de préceptes dont la logique est composée, je crus que j'aurais assez des quatre            suivants, pourvu que je prisse une ferme et constante résolution de ne manquer pas une seul fois à les observer.

                                         Le premier était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment pour être telle ; c'est-à-dire d'éviter soigneusement la précipitation et la prévention. ; et de ne comprendre rien de plus en mes jugements que ce qui se présenterait si clairement et si directement à mon esprit que je n'eusse aucune occasion de le mettre en doute."

                A méditer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.